Rachid Temal : « Après le Congrès, le PS pourra de nouveau rassembler »

Rachid Temal : « Après le Congrès, le PS pourra de nouveau rassembler »

Plutôt que de commenter la déroute du Parti socialiste dans le Territoire du Belfort à l’issue du premier tour des législatives partielles, Rachid Temal préfère parler de l’avenir du parti, vis-à-vis duquel il reste optimiste.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Dans le Val d’Oise la candidate socialiste a progressé, certes pas beaucoup, mais d’1,5% », souligne d’emblée Rachid Temal à propos des élections législatives partielles, dont le premier tour s’est déroulé dimanche. Une petite victoire, mais une victoire quand même, qui fait dire au sénateur qu’ « il est trop tôt pour dire définitivement où en est le PS », et ce malgré le score catastrophique du parti à la rose dans le Territoire du Belfort, où le candidat socialiste n’a récolté que 2,6% des voix.

Le coordinateur national du PS préfère s’attarder sur l’avenir du parti, dont les militants éliront son Premier secrétaire les 15 et 29 mars prochains. « Je suis un militant socialiste et donc je prendrai position pour un candidat », assure Rachid Temal, sans dévoiler qui de Luc Carvounas, Emmanuel Maurel, Stéphane Le Foll ou Olivier Faure est son favori.

Les propos de Delphine Batho « inacceptables »

Delphine Batho envisageait également de briguer la présidence du Parti socialiste mais elle n’a pas récolté les seize parrainages nécessaires pour candidater. Une règle issue d’un changement des statuts du parti au début du mois, qu’elle conteste. La députée avait en effet assigné le PS en référé, sans obtenir gain de cause. De quoi provoquer l’ire de l’ancienne ministre, qui dénonce sur Facebook une « décision très grave qui apporte une preuve supplémentaire de la faiblesse d’une direction coupée du réel et de la société, qui n’a plus comme ultime recours que la censure ». Des propos « inacceptables » juge Rachid Temal, qui rappelle que « les règles sont les mêmes pour tous » et que « la justice a donné raison au PS : « La polémique doit cesser, elle est stérile et sans fondement. »

La conséquence de l’éviction de Delphine Batho est l’absence de femme candidate à la tête du Parti socialiste, que certains regrettent : « Chacune des militantes pouvait être candidate, comme chaque militant pouvait être candidat. »

Quoi qu’il en soit, Rachid Temal assure Petite qu’après le Congrès, qui se tiendra début avril, « le PS pourra de nouveau rassembler ». Pour l’instant, les divisions internes restent toutefois prédominantes.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le