Rachid Temal menace Delphine Batho de « sanctions », si « ses attaques » ne cessent pas

Rachid Temal menace Delphine Batho de « sanctions », si « ses attaques » ne cessent pas

Au micro de « Sénat 360 », Rachid Temal, sénateur (PS) du Val-d’Oise, menace Delphine Batho de sanctions, si la députée ne cesse pas « ses attaques »  à l’encontre du PS.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le tribunal de grande instance de Paris vient de débouter le référé de la députée Delphine Batho, qui estimait être empêchée de briguer la tête du Parti socialiste. Rachid Temal, sénateur (PS) du Val-d’Oise, est satisfait de la décision du tribunal : « La justice dit très clairement que Madame Batho a tort ».  

Face aux attaques de la députée, estimant que les statuts ne sont pas respectés au sein du parti, le sénateur (PS) du Val-d’Oise répond : « le Parti socialiste respecte ses statuts (…) tellement (…) que nous avons ajouté un vote militant. »

La députée des Deux-Sèvres, qui maintient sa candidature à la tête du Parti socialiste, a décrit son parti comme une « petite mafia » et a parlé de « Congrès illégitime ». « Je l’invite à cesser dorénavant ses attaques (…) sinon nous serons obligés de prendre des sanctions » menace le coordinateur national du PS. « On ne peut pas être dans un parti et traiter tout le monde de mafieux. Parce que « mafia » cela a un sens (…) Se faire traiter de mafia est inacceptable. » juge le sénateur.

À la question de savoir s’il se portait candidat à la tête du Parti, alors que l’on connaîtra ce samedi la liste définitive des candidats, Rachid Temal a botté en touche.

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le