Rachline : « Le second tour de cette élection sera un référendum pour ou contre la France »

Rachline : « Le second tour de cette élection sera un référendum pour ou contre la France »

David Rachline, directeur de la campagne de Marine Le Pen, était ce matin l’invité de Territoires d’Infos, sur Public Sénat et Sud Radio. Il dit compter sur les électeurs de Jean-Luc Mélenchon, de Nicolas Dupont-Aignan et de François Fillon pour que sa candidate soit élue Présidente.
Public Sénat

Par Alice Bardo

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Marine Le Pen poursuit sa campagne de l’entre-deux-tours. Hier soir, elle a annoncé qu’elle se mettait en retrait de la présidence du Front national. Un choix que David Rachnline a justifié ce matin : « Elle veut être la Présidente de tous les Français et pas uniquement des électeurs du Front national. »

« Le second tour de cette élection sera un référendum pour ou contre la France », affirme le directeur de campagne de la candidate FN. Il assure qu’Emmanuel Macron « n’a pas une once de patriotisme dans son projet » et espère une « grande alliance entre électeurs pour soutenir Marine au second tour », et particulièrement « les électeurs patriotes de ce pays ».

Rachline : "Il peut y avoir une grande alliance entre électeurs pour soutenir Marine"
01:55

« Une majorité de Français ont voté pour un candidat eurosceptique ou eurocritique au premier tour », renchérit t-il.  Il vise ainsi le leader de la France insoumise, mais aussi Nicolas Dupont-Aignan, dont le projet était « assez proche » de celui de la candidate FN selon lui. Quant aux électeurs de François Fillon, « ils veulent mettre fin au laxisme judiciaire » et sont donc également susceptibles de voter Marine Le Pen au second tour, prédit le sénateur-maire de Fréjus.

Macron est « le candidat des mondialistes »

Après les résultats du premier tour, remporté par le leader d’ « En Marche! » avec 24% des voix, sa rivale et ses soutiens semblent tout miser sur le patriotisme. Le Front national multiplie les attaques contre Emmanuel Macron à ce sujet. Ce matin, David Rachline n’y a pas manqué : « M. Macron pense qu’il n’y a pas de culture française et qu’il est nécessaire à l’étranger d’aller insulter notre pays en expliquant qu’il aurait commis des crimes contre l’humanité en Algérie ». « Il est le candidat des mondialistes, de la dilution de la France dans cet ensemble européen sans frontières sans protection. »

Bien que l’ancien ministre de l’Economie ait obtenu 2,7 points d’avance sur Marine Le Pen et que les sondages le donnent vainqueur au second tour avec plus de 60% des voix, le directeur de campagne de la candidate FN est confiant : « M. Macron a bénéficié d’un flou artistique dans le cadre de ce premier tour mais nous allons y mettre un terme. » Il compte notamment sur des réserves de voix, qu’il estime être « très importantes », et rappelle que Marine Le Pen est arrivée en tête au premier tour dans 47 départements, contre « seulement 42 pour M. Macron ».

« Enthousiasmant pour le second tour mais aussi pour les législatives » 

 « C’est extrêmement enthousiasmant pour le second tour mais aussi pour les législatives. » David Rachline table sur « beaucoup plus que 40/50 députés ». Il voit déjà l’après-présidentielle, et assure que « les Français donneront une majorité à Marine pour gouverner », avant de préciser que celle-ci serait « diverse ». Il rappelle d’ailleurs que sa candidate n’exclut pas de nommer un Premier ministre qui ne soit pas du parti.

Rachline : "Les Français donneront une majorité à Marine pour gouverner"
01:04

Enfin, le non-cumul des mandats entrant en vigueur en juillet prochain, l’actuel sénateur-maire de Fréjus devra choisir entre ses deux fonctions. Et il a fait son choix : « Je resterai maire de Fréjus. » Et de conclure : « C’est le choix du cœur. »

Rachline sur le non-cumul des mandats : "Je resterai maire de Fréjus"
00:33

Dans la même thématique

Greece France Defense
8min

Politique

Législatives 2024 : dans les programmes, un flou autour des questions de défense

Avec les législatives anticipées, et des programmes politiques parfois préparés dans l’urgence, certains partis n’ont pas encore clarifié leur position sur les questions de défense. Tour d’horizon de ce que proposent les uns et les autres, au regard notamment de ce qui avait été défendu pendant la présidentielle et les élections européennes.

Le