Ralliements PS à Macron: “une ultime convulsion d’une élite” pour Hamon

Ralliements PS à Macron: “une ultime convulsion d’une élite” pour Hamon

Benoît Hamon a estimé lundi que le ralliement de plusieurs cadres du Parti socialiste à Emmanuel Macron était le signe d'une ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Benoît Hamon a estimé lundi que le ralliement de plusieurs cadres du Parti socialiste à Emmanuel Macron était le signe d'une "ultime convulsion d'une élite" accrochée au pouvoir, assurant ne pas être "dupe" de ces manoeuvres politiciennes.

"On ne fait pas boire un âne qui n'a pas soif. Ceux qui ne veulent pas me soutenir ne me soutiennent pas", a déclaré sur BFMTV le candidat socialiste, qui se prépare à un éventuel départ de Manuel Valls vers En Marche !

"Je ne suis pas dupe du ralliement de ces vieux caciques qui ont gouverné à gauche et à droite qui se retrouvent pour gouverner ensemble, comme une ultime convulsion d'une élite qui ne veut pas lâcher le pouvoir", a dénoncé M. Hamon, en assurant au contraire vouloir "passer le témoin aux générations nouvelles".

L'ancien Premier ministre avait annoncé il y a deux semaines qu'il ne parrainerait pas le vainqueur de la primaire de gauche et s'était fendu dans le JDD d'une tribune assassine, l'accusant de "trahir le passé de (sa) famille politique" et de "livrer la France à ceux qui préparent le pire des avenirs".

Une cinquantaine de députés et sénateurs socialistes ont parrainé Emmanuel Macron, selon un décompte de l'AFP effectué sur la base des données publiées par le Conseil constitutionnel.

Dans une intervention au journal de 20H00 dimanche sur France 2, le candidat socialiste avait fustigé "des ralliements qui consistent à (lui) planter des couteaux dans le dos".

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le