Rapport de la Cour des comptes: la presse déplore le manque d’effet

Rapport de la Cour des comptes: la presse déplore le manque d’effet

Le travail de la Cour des comptes, chargée notamment d'évaluer la qualité de gestion des politiques publiques, est considéré...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le travail de la Cour des comptes, chargée notamment d'évaluer la qualité de gestion des politiques publiques, est considéré comme "utile" par la presse jeudi qui déplore cependant "le manque d'effet" des recommandations des "Sages".

"Le travail" de la Cour des comptes "est utile" et "c’est justement" pour cette raison "qu’il devrait être mieux valorisé", estime Christophe Lucet, dans Sud-Ouest. "Les Français attendent que ce travail débouche sur de meilleures pratiques", assure-t-il.

Jean Levallois, dans La Presse de la Manche, fait le même constat et avec la même amertume écrit: "on a parfois le sentiment que la Cour des Comptes est une voix qui crie dans le désert, et que ses mises en garde, généralement fort judicieuses, ne sont pas suffisamment suivies d’effet. Son action, pourtant, est nécessaire et indispensable".

"Le rapport nous éclaire un peu plus sur le crédit que l’on peut accorder aux promesses politiques" s'inquiète Philippe Marcacci, de l'Est Républicain. Et d'ajouter: à quoi sert-il ? Car ses admonestations résonnent dans le vide. Elles ne comportent aucune contrainte. Une fois passé le choc, l’impressionnant document est refermé. À l’année prochaine".

Sébastien Lacroix de L'Union/L'Ardennais voit lui, "le rapport filer aux objets trouvés, deux ou trois jours" après sa parution. Et il dresse également un constat "douloureux". "Les recommandations de la Cour des comptes ne sont suivies que pour moitié".

- 'Guère d'améliorations' -

Gaëtan de Capèle, dans Le Figaro, a notamment retenu dans le rapport le montant de "la dette de la France de 2.200 milliards d’euros". "Cette bombe financière, serait-on en droit de penser, devrait inciter tout responsable politique digne de ce nom à une gestion rigoureuse. Il n’en est rien", souligne l'éditorialiste.

Le rapport égrène "un sempiternel chapelet de gabegies qui met en avant un problème récurrent : les dérapages financiers des élus locaux", s'agace Jean-Michel Servant, du Midi Libre.

Le rapport 2017 "ne déroge pas à la règle de la longue liste de cas de gaspillage de l’argent des contribuables. L’État, pris en faute, tire-t-il les leçons de ses erreurs ? Rien n’est moins sûr", rumine Laurent Bodin, de l'Alsace.

"D'une année sur l'autre, on ne voit guère d’améliorations dans l’implacable inventaire dressé par les sages de la rue Cambon", déplore Denis Daumin, de La Nouvelle République du Centre-Ouest.

"C’est un fait étrange", note enfin Nicolas Beytout, dans L'Opinion. "On traque l’enrichissement sans cause, on néglige la dépense sans cause", déplore-t-il.

La Cour des comptes a dévoilé mercredi son traditionnel rapport annuel, chargé d'évaluer la qualité de gestion des politiques publiques et de proposer des pistes de réforme pour lutter contre le gaspillage des ressources de l'État. Elle a appelé à redoubler d'efforts dans la maîtrise des deniers publics.

Dans la même thématique

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le

Operation Wuambushu a Mayotte : Demolition en cours d’un vaste bidonville – Operation Wuambushu in Mayotte: Ongoing demolition of a vast slum
8min

Politique

« Mayotte place nette » : « La première opération était de la communication et la deuxième sera de la communication », dénonce le sénateur Saïd Omar Oili

Le gouvernement a annoncé ce mardi 16 avril le lancement du dispositif « Mayotte place nette », un an après le maigre bilan de l’opération baptisée « Wuambushu ». Saïd Omar Oili, sénateur de Mayotte, regrette le manque de communication du gouvernement avec les élus du département et met en doute l’efficacité de ce « Wuambushu 2 ».

Le

Paris : Question time to the Prime Minister Gabriel Attal
6min

Politique

100 jours à Matignon : « La stratégie Attal n’a pas tenu toutes ses promesses », analyse Benjamin Morel

Le Premier ministre marquera jeudi le passage de ces cent premiers jours au poste de chef du gouvernement. Si Gabriel Attal devait donner un nouveau souffle au deuxième quinquennat d’Emmanuel Macron, sa stratégie n’est néanmoins pas payante car il « veut en faire trop sans s’investir fortement sur un sujet », selon Benjamin Morel, maître de conférences en droit public.

Le