Rassembler la gauche et les siens: la délicate mission de Hamon

Rassembler la gauche et les siens: la délicate mission de Hamon

Tendre la main à la gauche radicale et aux écologistes sans faire fuir la droite du PS vers Emmanuel Macron, amender son projet sans se renier:...
Public Sénat

Par Stéphanie LEROUGE

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Tendre la main à la gauche radicale et aux écologistes sans faire fuir la droite du PS vers Emmanuel Macron, amender son projet sans se renier: Benoît Hamon est engagé dans un délicat exercice d'équilibriste, avec pour objectif d'amplifier la dynamique de la primaire.

Le député des Yvelines, qui voit déjà s'activer le Premier ministre Bernard Cazeneuve pour éviter une hémorragie vers M. Macron, a pu compter mardi soir sur un appel clair de son rival défait Manuel Valls.

L'ancien chef du gouvernement a enjoint ses soutiens réunis à la maison de la Chimie à Paris de rester "ensemble" au PS, et de ne pas aller "ailleurs", comprendre chez Emmanuel Macron et son mouvement En Marche!

Benoît Hamon avait clairement maintenu le cap à gauche dès le soir de sa victoire dimanche: il souhaite proposer un contrat de gouvernement aux candidats d'EELV et de France Insoumise, Yannick Jadot et Jean-Luc Mélenchon.

Les choses sont allées bon train avec M. Jadot: les deux hommes se sont vus mardi à midi pour discuter de la création d'une "dynamique" commune. Chez EELV, les voix plaidant pour un accord avec M. Hamon sont de plus en plus nombreuses.

Benoît Hamon candidat du PS à la présidentielle
Benoît Hamon candidat du PS à la présidentielle
AFP

En revanche, l'ancien frondeur devenu candidat n'a pas encore prévu de s'entretenir avec Jean-Luc Mélenchon. Mais il a reçu mardi des signaux positifs du chef de file des députés Front de gauche, André Chassaigne, qui a formé "le vœu d'une candidature unique de la gauche antilibérale".

Ces manœuvres ne sont pas forcément vues d'un bon œil sur le flanc droit du PS, ni par les candidats à la primaire Sylvia Pinel (PRG) et François de Rugy (Parti écologiste).

Parmi les élus PS, seize députés et un sénateur majoritairement issu du Pôle des Réformateurs ont signé mardi une tribune où ils affirment se mettre en "retrait" de la campagne de M. Hamon, refusant de participer à "l'aventure aléatoire" d'"une gauche radicalisée".

- "Mèche lente" -

Programme de Benoît Hamon
Manuel Valls et Benoît Hamon au siège du PS au soir du second tour de la primaires le 29 janvier 2017 à Paris
AFP

C'est l'autre chantier auquel M. Hamon s'est attelé: réunir la famille de "La Belle Alliance populaire", en rencontrant les équipes des candidats défaits à la primaire. M. Hamon pourrait "piocher" dans leurs programmes des éléments susceptibles de nourrir le sien, même s'il n'est pas question pour lui de dénaturer son projet.

"Je maintiendrai le cap de ce que j'ai dit", a-t-il promis lundi, tout en s'engageant à "s'enrichir de l'apport" des uns et des autres.

Son discours, lors de son investiture dimanche à la Mutualité, sera particulièrement scruté.

"On ne va pas demander au candidat élu de réécrire son programme", affirme à l'AFP le sénateur Luc Carvounas, proche de Manuel Valls. "Mais il doit mettre les éléments nécessaires pour rassembler sa famille. Il doit d'abord rassembler les socialistes. Il a jusqu'à dimanche!"

Avantage pour Benoît Hamon: Manuel Valls, s'il compte prendre du "recul", ne se retire pas de la vie politique et n'a pas envie de voir ses troupes se disperser chez le jeune Emmanuel Macron venu mordre sur son créneau.

Mais entre un Yannick Jadot, qui lui demande de rester sur son programme "écologiste, social et européen" de la primaire, et une Marisol Touraine, pour qui M. Hamon doit "changer de ligne", la voie est étroite.

A tout le moins, le vainqueur de la primaire devra "assumer" au moins en partie le bilan du quinquennat, a estimé lundi le Premier ministre Bernard Cazeneuve.

Faute de faire rapidement des "gestes" d'ouverture, M. Hamon pourrait se trouvé confronté à une fuite de parlementaires et de responsables PS en direction d'En marche!, surtout s'il ne parvient pas à "accrocher" Emmanuel Macron dans les sondages.

Cet exode n'a pour l'instant pas eu lieu, se rassurent les responsables PS. "On est loin de l'hémorragie annoncée. C'est très réduit", s'est félicité auprès de l'AFP le président du groupe PS, Olivier Faure.

"C'est une mèche lente. Il y a quand même eu deux millions de votants à la primaire, et Benoît Hamon a eu un score net. Les députés vont voir si sa campagne décolle", a admis l'un des signataires du texte des Réformateurs, Christophe Caresche.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le