Ravier (FN): “on se soucie plus du sort de l’étranger que de nos compatriotes”

Ravier (FN): “on se soucie plus du sort de l’étranger que de nos compatriotes”

Le sénateur FN Stéphane Ravier a regretté mercredi que les "élites", en particulier "l'élite ecclésiastique", se soucient "plus...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le sénateur FN Stéphane Ravier a regretté mercredi que les "élites", en particulier "l'élite ecclésiastique", se soucient "plus du sort de l'étranger que de nos compatriotes dans notre pays".

"D'un évêque à l'autre, de cet abbé Cauchon qui mena les débats du procès de Jeanne d'Arc et qui la fit condamner au bénéfice des Anglais, de l'étranger, jusque Mgr Pontier (archevêque de Marseille, ndlr) qui, comme le pape François, se préoccupe davantage du sort des migrants, eh bien je constate que l'on se soucie plus du sort de l'étranger que de nos compatriotes dans notre pays", a déclaré M. Ravier sur France Inter.

Mgr Georges Pontier a déclaré dimanche, dans un entretien au quotidien La Provence, que la France "peut et doit faire plus" pour les migrants, tandis que dans son homélie de Noël, le pape François a appelé les catholiques à faire preuve d'"hospitalité".

"Que ce soit l'élite politique, médiatique, du show business et ecclésiastique, eh bien moi je les interpelle et je les invite à se pencher le sort de nos compatriotes, des Français en France", a lancé Stéphane Ravier. "Il y a beaucoup trop de nos compatriotes qui vivent dans la rue et qui y meurent, et j'entends nos élites se préoccuper de l'autre plutôt que des nôtres".

Interrogé sur la politique migratoire de l'exécutif, le sénateur des Bouches-du-Rhône a affirmé qu'Emmanuel Macron "essaie de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, faire croire qu'il est en train de durcir la situation", alors qu'il "reste un européiste, un mondialiste, et donc un immigrationniste".

"M. Macron depuis son élection met un point d'honneur à ficeler sa communication, c'est un communiquant de la République avant d'être un président de la République", a-t-il déclaré.

Dans la même thématique

Elections Legislatives panneaux d affichage a Nice
10min

Politique

Législatives : comment les politiques se positionnent face à l’hypothèse d’un second tour contre l’extrême-droite ?

Face à l’avance considérable du Rassemblement national et de ses alliés dans les sondages, de nombreux hommes et femmes politiques se sont prononcés sur l’hypothèse de duels ou de triangulaires impliquant le parti d’extrême-droite. Dernière information en date, un séminaire gouvernemental se dirigerait vers une stratégie « ni RN, ni LFI », en cas d’affrontement entre les candidats de ces deux partis au second tour.

Le

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national
8min

Politique

Diminuer la part française au budget de l’Union, la promesse incertaine du Rassemblement national

Le programme de Jordan Bardella intègre dans son programme le rabais de la contribution française à l’Union, qu’il compte obtenir auprès de ses partenaires. Problème : le budget pluriannuel européen vient à peine d’être renégocié, ne laissant aucune fenêtre de tir crédible avant deux bonnes années. Sans compter que les tractations budgétaires sont les plus sensibles qui soient entre les Vingt-Sept.

Le

Matignon Reunion des premiers ministres francais et estonien
5min

Politique

Législatives 2024 : à quoi pourrait ressembler un gouvernement technique ?

Ce serait une première en France. Un scénario inédit sous la Vème république. En cas d’absence de majorité absolue à l’issue des élections législatives anticipées, Emmanuel Macron pourrait nommer un gouvernement technique composés de hauts fonctionnaires et d’experts, afin d’éviter un immobilisme total à la tête du pays.

Le