Réactions politiques aux propos de Macron sur la colonisation

Réactions politiques aux propos de Macron sur la colonisation

Réactions politiques aux propos tenus par Emmanuel Macron en Algérie sur la colonisation, que le candidat à la présidentielle a...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Réactions politiques aux propos tenus par Emmanuel Macron en Algérie sur la colonisation, que le candidat à la présidentielle a qualifiée de "crime contre l'humanité".

- Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains: "Ces propos constituent une insulte à l’Histoire de France et à la mémoire de millions de Français. Ils n’honorent pas le candidat à l’élection présidentielle qui fait le choix de la repentance plutôt que celui d’une lecture objective de notre histoire. Une repentance, toujours agitée par la gauche et l’extrême-gauche, qui contribue malheureusement largement à la défiance d’une partie des nouvelles générations envers leur pays. De tels propos ne peuvent qu’alimenter un mal-être identitaire et contribuer à fracturer notre cohésion nationale, ce que je déplore. De plus, cette accusation extrêmement grave de +crime contre l’humanité+ comporte une dimension juridique potentiellement très lourde vis-à-vis de l’Etat". (communiqué)

- Jean-Chistophe Cambadélis, premier secrétaire du PS: "Le +ni droite, ni gauche+, c'est un jour pour la colonisation positive, un jour crime contre l'humanité. " (tweet)

- Nicolas Dupont-Aignan, candidat Debout La France à la présidentielle: "M. Macron se trouve à la jonction de deux courants qui n’ont eu de cesse de rétrécir la France ces trente dernières années et que l’idéologie de la repentance réunit: d’une part, les professionnels de l’excuse et de la bien-pensance pour qui la France doit systématiquement renier sa grandeur, sa civilisation et sa culture, d’autre part les petits valets de la finance qui détestent l'idée de nation, souhaitent voir la France disparaître et les peuples se fondre dans de grands ensembles sans âmes ni valeurs" (communiqué)

- Rama Yade, candidate à l'élection présidentielle : "On n'a pas à réagir aux propos de ce candidat-là dans la mesure où en plus, il y a quelques mois il disait l'inverse, soulignant l'aspect civilisateur de la colonisation. Que la colonisation soit un crime et asservit des peuples c'est une évidence". (RMC)

- Gérald Darmanin, secrétaire général adjoint des Républicains: "En accusant, à l'étranger, la France de crime contre l'humanité, M. Macron humilie et blesse chaque Français. En tenant ces propos irresponsables, il insulte la mémoire de tous les tirailleurs, supplétifs, Harkis morts pour la France, un pays qu'ils aimaient. M. Macron, par faiblesse intellectuelle et politique, est incapable de porter le costume de chef de l'Etat qui demande courage et sens de la mesure. L'Histoire de la France, qui connaît bien sûr des moments de douleur et ses zones d'ombres, c'est celle du pays des Droits de l'Homme et de la Liberté. Elle ne peut être bafouée au gré des foucades d'un enfant gâté en campagne, qui joue avec notre pays comme il a joué avec les marchés financiers". (communiqué)

Dans la même thématique

Réactions politiques aux propos de Macron sur la colonisation
7min

Politique

Européennes : « La tentation d’un pacte brun, à la fois sur l’écologie et les idéologies, nous menace », alerte l’écologiste David Cormand

Dans la dernière ligne droite de la campagne des européennes, trois candidats, chacun à la seconde place de leur liste, sont venus sur le plateau d’Extra Local : Céline Imart pour la liste LR, David Cormand pour la liste des Ecologistes et Guillaume Peltier pour Reconquête. Ils se sont exprimés notamment sur l’immigration, la future présidence de la Commission européenne ou le nucléaire.

Le

French Prime Minister Gabriel Attal visit in Valence
7min

Politique

Délinquance des mineurs : après l’avoir supprimée, le gouvernement veut réintroduire la comparution immédiate

Un peu plus d’un mois après ses annonces destinées à « renouer avec les adolescents et juguler la violence », Gabriel Attal a esquissé des nouvelles pistes sur la justice pénale des mineurs qu’il souhaite voir intégrer dans un projet de loi d’ici la fin de l’année, notamment la possibilité d’être jugé à partir de 16 ans en comparution immédiate. Une procédure qui avait été supprimée lors de la réforme de la justice pénale des mineurs en 2021.

Le