Les sénateurs du Grand Est s’inquiètent d’un nouveau confinement

Les sénateurs du Grand Est s’inquiètent d’un nouveau confinement

Alors que le Conseil de défense sur la Covid-19 se tient ce mardi, les sénateurs du Grand Est, région touchée par un rebond de la pandémie, appellent à davantage de clarté et se montrent très prudents quant à un possible reconfinement.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

4 min

Publié le

L’éventualité d’un troisième confinement est dans toutes les têtes. À commencer par celles des élus des régions où la circulation du virus connaît un regain : le Grand Est ou les départements de Bourgogne Franche-Comté et des Alpes-Maritimes. « Si reconfinement il doit y avoir, il faut qu’il soit territorialisé, département par département », soutient le sénateur du Bas-Rhin, Claude Kern, dont le département connaît une situation moins critique.

Le Conseil de défense réuni ce mardi par visioconférence pourrait se prononcer sur des reconfinements locaux pour prévenir un nouveau rebond de la pandémie de coronavirus, qui a atteint un niveau alarmant en Angleterre. Le variant anglais du virus, réputé plus contagieux, a déjà été détecté en France. Dimanche, le ministre de la Santé affirmait qu’un troisième confinement n’était pas à exclure.

Une hausse de 70 % des contaminations

Dans la région Grand Est, la situation sanitaire s’est détériorée depuis le début du mois décembre : « Du 14 au 20 décembre, 12 760 nouveaux cas domiciliés dans la région Grand Est ont été enregistrés, contre 7 500 entre les 23 et 29 novembre, soit une augmentation de 70 % en 3 semaines », rapporte l’Agence régionale de santé. Le président du Conseil régional, Jean Rottner, ainsi que plusieurs maires appellent à un reconfinement local avant le 31 décembre.

« Il faut aussi prendre en compte la forte hausse des dépistages avant les fêtes qui a eu un effet sur le taux incidence », tempère toutefois Claude Kern. Pour la sénatrice du Haut-Rhin, Patricia Schillinger, l’angoisse des élus qui appellent à un reconfinement local est tout à fait compréhensible, « le Grand Est a été la première région touchée au début de la pandémie, à Mulhouse notamment ». La sénatrice serait, elle, plus favorable à des confinements plus localisés, par communes notamment.

Je pense que la perspective du reconfinement est une perspective aujourd’hui inéluctable

Certaines villes comme Nancy présentent une situation préoccupante. Le taux d’incidence y est passé de 108 cas positifs au Covid-19 pour 100 000 habitants le 3 décembre, à 258 lundi 21 décembre, selon le maire. « Je pense que la perspective du reconfinement est une perspective aujourd’hui inéluctable », a déclaré le maire de Nancy, Mathieu Klein à France info. « À l’hôpital de Nancy, nous sommes passés de 117 à 163 patients hospitalisés pour le Covid », a-t-il précisé tout en soulignant que la tension dans les hôpitaux s’est fait sentir avant même les réveillons de Noël.

Malgré la situation, les sénateurs se veulent prudents quant à la mise en place d’un nouveau confinement. « On sent un ras-le-bol par rapport au confinement, psychologiquement c’est extrêmement dur. Les secteurs comme l’hôtellerie, la culture mais aussi le sport sont au bord du gouffre », s’inquiète Claude Kern.

Demande de clarté au gouvernement

Même ressenti pour le sénateur de la Meurthe-et-Moselle, Jean-François Husson : « Il faut que les mesures soient acceptées et comprises. Il n’aura échappé à personne que le degré d’acceptabilité des Français est nettement moindre que lors du premier confinement ». C’est aussi ce qui est attendu du Conseil de défense : de la clarté.

« J’attends des lignes directrices claires qui reposent sur des connaissances clairement établies. Pourquoi il y a des endroits où on observe une hausse des contaminations, par exemple ? Il y a encore des phénomènes qu’on ne maîtrise pas bien », soulève Jean-François Husson.

L’Italie et Monaco, dans le viseur de Christian Estrosi

Dans le département des Alpes-Maritimes qui connaît aussi une dégradation sanitaire, le maire de Nice, Christian Estrosi, réclame la mise en place d’une campagne de vaccination « tout de suite et pas dans huit jours ». Selon les chiffres, le taux d’incidence dans le département le taux d’incidence atteint 323 pour 100 000 habitants, soit plus du double de la moyenne nationale.

Le maire de Nice appelle également le gouvernement à imposer des tests PCR aux passagers qui débarquent à l’aéroport de la ville mais aussi à instaurer une réciprocité de la quarantaine entre la France et l’Italie. Frontalière, la principauté de Monaco est dans le viseur de l’édile, là-bas les restaurants et les bars sont toujours ouverts et certains Niçois s’y rendent encore. La limitation des déplacements entre les Alpes-Maritimes et la principauté de Monaco s’impose donc pour Christian Estrosi.

Dans la même thématique

L’hémicycle du Sénat
7min

Politique

Aide médicale d’Etat : la majorité sénatoriale divisée sur les conclusions du rapport Stefanini Evin

Un rapport remis lundi au gouvernement balaye l’hypothèse d’une suppression de l’Aide médicale d’Etat (AME), tout en préconisant une réforme du dispositif. Cette étude prend toutefois ses distances avec le chemin tracé par la majorité sénatoriale, qui a fait disparaître l’AME lors de l’examen du projet de loi immigration en novembre, pour lui substituer une aide d’urgence.

Le

TOULOUSE:Nouvelle unite hospitaliere specialement amenagee (UHSA)
3min

Politique

Attentat de Paris : une proposition de loi du Sénat pour fixer une durée de sûreté d’hospitalisation en psychiatrie

L’attentat de Paris commis par un homme souffrant de troubles psychiatriques et qui était soumis à une injonction de soins jusqu’en en avril, relance le débat sur l’irresponsabilité pénale. La sénatrice centriste, Nathalie Goulet a redéposé un texte datant de 2021 qui prévoit pour les personnes ayant été déclarées irresponsables pénalement, une durée de sûreté d’hospitalisation.

Le

Budget : un rapport du Sénat épingle la progression du coût de l’aide médicale d’État
6min

Politique

« L’aide médicale d’État n’apparaît pas comme un facteur d’attractivité » pour l’immigration, selon un rapport commandé par le gouvernement

Considéré comme « un appel d’air » migratoire par la droite sénatoriale, l’aide médicale d’État avait été supprimée dans le cadre du projet de loi immigration avant d’être réintégrée en commission par les députés. Un rapport sur ce dispositif commandé par l’exécutif vient tempérer cette affirmation et juge ce dispositif à destination des étrangers en situation irrégulière « globalement maîtrisé ».

Le