Réforme constitutionnelle: Laurent veut l’arrêt des “discussions en catimini”

Réforme constitutionnelle: Laurent veut l’arrêt des “discussions en catimini”

Le sénateur de Paris et patron des communistes, Pierre Laurent, a demandé jeudi l'arrêt des "discussions en catimini" que mène...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le sénateur de Paris et patron des communistes, Pierre Laurent, a demandé jeudi l'arrêt des "discussions en catimini" que mène selon lui "le gouvernement et la droite du Sénat" sur la réforme constitutionnelle voulue par l'exécutif d'ici l'été 2018.

"Il faut arrêter les discussions en catimini qui, par exemple, se mènent dans le bureau de (Gérard) Larcher", le président LR du Sénat, a prévenu M. Laurent sur le plateau de "l'Epreuve de Vérité" AFP-Radio classique-Les Echos-Public Sénat.

"Ils sont en train de chercher un compromis - sans qu'il y ait aucune discussion publique - entre le gouvernement et la droite du Sénat", a-t-il précisé, réclamant de "mener ce débat au grand jour". "Il faut que tout le monde mette ses idées sur la table parce que si on veut changer la Constitution, c'est une question sérieuse que ne peuvent pas régler quelques personnes", a estimé le secrétaire national du PCF.

Au-delà, M. Laurent a expliqué que la réforme, "le chemin qu'elle prend nous inquiète parce qu'elle vise à vider encore le maillage démocratique au profit de la concentration, toujours, dans les hautes sphères de l'Etat, et je pense que c'est une vision archaïque au XXIe siècle".

La limitation à trois mandats dans le temps, la réduction du nombre de parlementaires mais aussi la suppression de la Cour de justice de la République figurent parmi les réformes annoncées par Emmanuel Macron pendant sa campagne.

Est-ce une attaque contre le Parlement ? "Oui. Aussi. (...) On veut réduire encore la discussion en séance publique, on veut passer de plus en plus de textes en commission, on veut nous faire travailler de plus en plus vite en étant moins nombreux", a énuméré Pierre Laurent.

Le président du Sénat, Gérard Larcher, s'est dit le 7 novembre favorable à la réduction du nombre de parlementaires, que contestent les communistes. "Nous revenons au chiffre ante-François Mitterrand", a-t-il observé. L'Assemblée compte actuellement 577 députés et le Sénat 348 membres.

M. Laurent s'est en outre prononcé pour le départ de l'actuel secrétaire d'Etat aux Relations avec le Parlement, Christophe Castaner, qui doit prendre la tête ce weekend du parti de la majorité, La République en marche.

Dans la même thématique

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller
10min

Politique

Législatives 2024 : douze points chauds à surveiller

Sortants menacés ou en position inconfortable, circonscriptions ayant valeur de symbole, duels médiatiques : Public Sénat a sélectionné douze circonscriptions à travers le territoire, qui pourraient faire parler d’elles les 30 juin et 7 juillet.

Le