Réforme de la Constitution : Belloubet et Fesneau vont rencontrer les présidents de groupe parlementaires

Réforme de la Constitution : Belloubet et Fesneau vont rencontrer les présidents de groupe parlementaires

Le premier ministre Edouard Philippe a demandé aux ministres de la Justice et des Relations avec le Parlement de rencontrer la semaine prochaine les présidents des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat. Objectif : créer le dialogue, identifier les points de blocage et, si possible, trouver les bases d’un accord.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Avant sa présentation en Conseil des ministres au mois de juillet, le gouvernement accélère la préparation du nouveau texte de la réforme constitutionnelle. Le premier ministre Edouard Philippe a demandé à la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, et au ministre chargé des Relations avec le Parlement, Marc Fesneau, de rencontrer tous les présidents des groupes parlementaires de l’Assemblée nationale et du Sénat la semaine prochaine, a appris publicsenat.fr de source gouvernementale.

Ce tour d’horizon permettra d’écouter les présidents de groupe, de déceler les sujets épineux, les points de blocage voire d’identifier les motifs d’une fronde. Et si possible, de trouver les bases d’un accord. Pour l’exécutif, c’est aussi une manière de mettre en pratique la nouvelle méthode basée sur le dialogue qu’Emmanuel Macron a assuré vouloir mettre en place, à la sortie du grand débat. L’exécutif pourra au moins donner aux groupes le sentiment d’être écouté, avant de sortir le projet de loi.

Gérard Larcher « toujours ouvert »

L’enjeu concerne avant tout les groupes LR et UC du Sénat, qui forment la majorité sénatoriale. Car sans l’accord de la Haute assemblée, la révision de la Constitution est impossible. Mardi matin, sur France Info, le président du Sénat, Gérard Larcher, s’est à nouveau montré prêt à discuter avec l’exécutif. « J’ai dit que j’étais toujours ouvert, que le Sénat était ouvert pour aborder la révision » a souligné Gérard Larcher, qui rappelle l’enjeu essentiel de la réforme à ses yeux : « Permettre que chaque département et collectivité territoriale à statut spécifique soient représentés de manière correcte ».

Alors qu’Emmanuel Macron veut réduite de 25 à 30% le nombre de parlementaires, Gérard Larcher fixe le bon niveau à 20%, ce qui ferait 280 ou 285 sénateurs, contre 348 aujourd’hui. « Tout le monde sait que j’ai proposé que la réduction soit moins importante car j’ai envie qu’il n’y ait pas un département qui n’ait pas de député ou de sénateur » explique le sénateur des Yvelines, pour qui « ce n’est pas un marchandage ». Il a pu à nouveau porter son message au premier ministre, qu’il a rencontré mardi sur le sujet.

 

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Réforme de la Constitution : Belloubet et Fesneau vont rencontrer les présidents de groupe parlementaires
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le