Réforme de la justice : Nicole Belloubet s’engage à ce qu’il n’y ait « aucune fermeture d’aucun lieu de juridiction »

Réforme de la justice : Nicole Belloubet s’engage à ce qu’il n’y ait « aucune fermeture d’aucun lieu de juridiction »

Au micro de « sénat 360 », la ministre de la Justice, Nicole Belloubet, s’est engagée à ce qu’il n’y ait  « aucune fermeture d’aucun lieu de juridiction », suite à la réforme de la justice.  
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Présentée il y a quelques jours, la réforme de la Justice a déclenché de nombreuses  interrogations, notamment chez ceux qui craignent une nouvelle carte judiciaire et donc des fermetures de tribunaux.

La ministre de la Justice, Nicole Belloubet est catégorique : « Je m’y engage, et le Premier ministre lui-même s’est engagé, à ce (…) qu’il n’y ait aucune fermeture d’aucun lieu de juridiction. Donc je peux aujourd’hui vous confirmer que tous les tribunaux de grande instance resteront, que toutes les cours d’appel resteront et qu’évidemment tous les lieux qui sont aujourd’hui des tribunaux d’instance, resteront également en place. »

Sur la réforme pénitentiaire, présentée la semaine dernière par le Président de la République, Nicole Belloubet a défendu l’action du chef de l’État concernant ses annonces sur l’interdiction des peines de prison « inférieures ou égales à un mois » :

« Je crois, au fond, que ce qu’il a voulu faire c’est à la fois redonner du sens à la peine, pour que, lorsqu’une peine est prononcée, elle soit exécutée de la manière dont elle a été prononcée. Et puis, il a souhaité également renforcer l’efficacité des peines. Autrement dit, faire en sorte que nous ayons des peines qui soient mieux adaptées à la personne qui est condamnée  (…), à sa situation. »

Interrogée sur la situation des mineurs isolés en France, et les désaccords entre le Premier ministre et les départements sur le sujet, la garde des sceaux a souhaité jouer l’apaisement : « La réunion qui s’est tenue hier, n’a pas abouti à un constat de désaccord. Elle a abouti à l’idée qu’il nous fallait encore progresser sur certains axes. Ce qui a été clairement décidé hier, c’est que (…) lorsque [les mineurs étrangers non accompagnés] arrivent sur notre territoire,  ils doivent (…) faire l’objet d’une évaluation pour déclarer leur minorité ou constater leur majorité. Cette phase-là, l’État va s’engager plus profondément en termes financiers, pour soulager les départements (…) Puis ensuite lorsque la personne est constatée comme une personne mineure, le département retrouve sa prise en charge naturelle, par le biais de l’ASE [l’aide sociale à l’enfance – NDLR]. »

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le