Réforme des institutions: Larcher a “tort” de “défendre sa boutique”, pour Dupont-Aignan

Réforme des institutions: Larcher a “tort” de “défendre sa boutique”, pour Dupont-Aignan

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a plaidé dimanche en faveur de la réforme des institutions, estimant que...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président de Debout la France, Nicolas Dupont-Aignan, a plaidé dimanche en faveur de la réforme des institutions, estimant que le président du Sénat Gérard Larcher (LR) avait "tort" de "défendre sa boutique".

"Je pense que (Gérard Larcher) a tort. Je ne comprends pas Les Républicains parce que, pour moi, c'est une espèce d'opposition de privilège", a déclaré le député de l'Essonne sur Radio J.

"Les élus n'arrivent pas à avoir le recul nécessaire. En fait, ils défendent leur boutique. Je combats suffisamment Emmanuel Macron, sa politique mondialiste, européiste, d'attaques sur les classes moyennes et les territoires, pour me permettre, quand il y a quelque chose qui me paraît aller dans le bon sens, de le dire", a-t-il ajouté.

"Les LR devraient prendre de la hauteur et Emmanuel Macron aujourd'hui est fort de notre faiblesse, de la faiblesse de l'opposition", regrette M. Dupont-Aignan.

Favorable à plusieurs des mesures voulues par l'exécutif, comme la réduction du nombre de parlementaires et l'introduction d'une dose de proportionnelle aux législatives (lui plaide pour 25%), il est en revanche opposé à la limitation du cumul des mandats dans le temps.

Et, à ses yeux, "il manque deux dispositions fondamentales" dans cette réforme: "la reconnaissance du vote blanc", avec l'annulation de l'élection si l'on compte 50% de bulletins blancs, et un véritable "référendum d'initiative populaire", du type de celui qui existe en Suisse ou en Italie. "Sans ça, ce sera une réforme cosmétique", prédit l'ancien candidat à l'élection présidentielle.

Dans la même thématique

Réforme des institutions: Larcher a “tort” de “défendre sa boutique”, pour Dupont-Aignan
3min

Politique

« La France aux abonnés absents le mois où tout se joue dans l’Union » selon l’eurodéputé socialiste Christophe Clergeau

Alors que la montée de l’extrême droite en Europe a été limitée aux élections européennes (quelques dizaines de sièges de gagnés pour les groupes de droite radicale sur les 720 du Parlement européen), le score du Rassemblement national et de Reconquête (37% des voix au total) en France représente un séisme politique en France mais aussi dans l’Union européenne. Le Premier ministre polonais et pro-européen Donald Tusk, malgré la victoire de son parti dimanche contre la droite ultraconservatrice du PiS (Droit et Justice), a fait part de « sa terrible tristesse » après l’annonce de la victoire de l’extrême droite en France.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
6min

Politique

Le programme des 100 premiers jours du « Nouveau Front populaire » 

Pouvoir d’achat, salaire, énergie, Gaza… Le « Nouveau Front populaire », qui rassemble les principaux partis de gauche, a dévoilé les mesures-clés de son programme commun de gouvernement en cas d’accession au pouvoir à l’issue des législatives anticipées.

Le

France : Conference de presse Nouveau Front Populaire
5min

Politique

Nouveau Front populaire : la répartition des circonscriptions est bouclée, les partis désignent leurs candidats

Dans la soirée de jeudi, le Parti socialiste, la France insoumise, le Parti communiste et les Ecologistes, ainsi que plusieurs autres petits partis de gauche, ont scellé leur accord, actant la naissance du Nouveau Front populaire pour faire face au Rassemblement National. Dépassées, donc, les querelles sur les répartitions des circonscriptions. Pourtant, plusieurs cas posaient problème.

Le