Réforme des retraites : « Il n’y a pas de négociation, c’est bien le problème » déplore Yves Veyrier

Réforme des retraites : « Il n’y a pas de négociation, c’est bien le problème » déplore Yves Veyrier

En pleine crise sociale, les syndicats de la RATP et de la SNCF appellent à un mouvement de grève le 5 décembre pour protester contre la réforme des retraites et la fin des régimes spéciaux.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Une grève qui s’annonce très suivie, et qui pourrait être reconductible : pour protester contre la réforme des retraites proposée par le gouvernement, les syndicats des transports comptent se mobiliser largement. Un mouvement social nécessaire, mais pas idéal pour Yves Veyrier, le secrétaire général de FO : « Le fait qu'on ait décidé de se mobiliser, ce n’est pas l'objectif. L'objectif ce serait plutôt qu’on nous dise 'on a entendu ce que vous disiez’ ».  

« Il n'y a pas de négociations, c'est bien le problème. On nous a dit ‘on décide d'un régime unique par points, on vous invite à venir discuter de la mise en œuvre’ ». Une décision qui ne convient pas à Yves Veyrier, qui y voit un piège du gouvernement. "Ce que nous demandons c'est qu'on revienne à la table de négociations, mais au point de départ. [...] On peut parfaitement régler ces questions dans le cadre du système actuel" estime-t-il.

Selon le secrétaire général, le système de retraites à points voulu par l’exécutif est forcément un système perdant pour les futurs retraités. « Ce n'est pas parce que vous achèterez des points tout au long de votre carrière, au lieu de calculer votre retraite sur les 25 meilleures années, que vous aurez amélioré votre situation » explique-t-il.

« On est confronté à une société où ce qui l'emporte c'est la compétitivité, l'économie, au détriment des considérations sociales » déplore Yves Veyrier, en rappelant l’épisode du droit de retrait du personnel de la SNCF survenu après un accident dans les Ardennes. Et pour reprendre les mots d’Emmanuel Macron concernant la réforme des retraites, le secrétaire général ajoute n’avoir « aucune forme de faiblesse, ni de complaisance avec un projet de loi avec lequel [il est] en désaccord ».

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le