Réforme des retraites : « Je les vois se débattre et je me dis que c’est pathétique », Olivier Faure tacle le gouvernement

Réforme des retraites : « Je les vois se débattre et je me dis que c’est pathétique », Olivier Faure tacle le gouvernement

Invité de Bonjour chez vous, le premier secrétaire du Parti socialiste Olivier Faure, est revenu sur la mobilisation à venir contre la réforme des retraites et a critiqué les « mensonges » du gouvernement.
Caroline Deschamps

Par Louis Heinrich

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que les syndicats ont appelé à un blocage du pays et à « mettre la France à l’arrêt » mardi 7 mars, le PS a un mot d’ordre : se placer en soutien de la mobilisation. Ni plus, ni moins. « Je ne suis pas syndicaliste : ce n’est pas moi qui donne les consignes aux syndicats », rappelle Olivier Faure, le premier secrétaire du parti. Mais « quand un gouvernement fait la sourde oreille, il faut souvent répéter plus fort ». Et pour le député de Seine-et-Marne, cela passe par un rapport de force à installer et un prolongement du mouvement. Une forte mobilisation est prévue dans les transports, les ports, l’énergie et les abattoirs, et Olivier Faure assure l’accompagner « aussi longtemps qu’il le faudra ».

 

« Une réforme qui va faire de nombreux perdants »

Invitée du Grand Rendez-vous Europe 1 – CNews – Les Echos ce dimanche, la présidente des députés Renaissance a fustigé une gauche qui « se renie », considérant que la réforme voulue par l’exécutif était une prolongation de la loi Touraine, votée par les socialistes. « Ce sont les sables mouvants. Je les vois se débattre et je me dis que c’est pathétique. Les voir chercher à expliquer l’inexplicable et mentir semaines après semaines, se faire à chaque fois se faire dévoiler par le débat parlementaire », a taclé Olivier Faure, interrogé sur le sujet. Et de marteler que « c’est une réforme qui va faire de nombreux perdants : les femmes, les précaires, ceux qui ont commencé à travailler tôt et qui ont les métiers les plus pénibles ». Pour le député de Seine-et-Marne, voilà précisément ce qui « crée la colère au fur et à mesure » contre un gouvernement qui « cherche à passer en force » dans « le déni démocratique ».

 

« Je n’aime pas quand le débat public se transforme en jeu »

Ce dimanche, le député Insoumis Louis Boyard s’est fendu d’un appel au blocage d’établissements scolaires en forme de jeu-concours. Un « BlocusChallenge » incitant les étudiants partager leurs plus belles photos de blocage en marge de la mobilisation de ce mardi. « On tirera au sort une des photos et on emmène l’équipe de bloqueurs visiter l’Assemblée nationale », écrit l’élu du Val-de-Marne sur Twitter. Des méthodes que désapprouve Olivier Faure : « Je n’aime pas quand le débat public se transforme en jeu. […] La créativité a toute sa place dans le débat mais parfois, elle doit trouver ses propres limites ». Mais de rappeler que « le mouvement du président de la République avait lancé des challenges pour remplir les salles avec des lots. Madame Braun-Pivet, qui donne des leçons, devrait se rappeler que c’est son propre mouvement qui a lancé ce type d’activités ».

Le patron des socialistes reconnaît en revanche que la mobilisation de la jeunesse est un enjeu au nom d’une « solidarité intergénérationnelle à assumer » : « Si vous faites durer plus longtemps les gens dans l’emploi, vous privez toutes celles et ceux qui cherchent à entrer sur le marché de l’emploi de places qu’ils pourraient occuper. »

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le