Retraites des femmes : « Les efforts c’est non. On en fait déjà assez comme ça ! » dénonce Laurence Rossignol

Retraites des femmes : « Les efforts c’est non. On en fait déjà assez comme ça ! » dénonce Laurence Rossignol

L’ancienne ministre PS chargée du droit des femmes a interpellé le gouvernement sur le sort des femmes dans la réforme des retraites. Celle-ci va, en l’état, pénaliser davantage les femmes que les hommes.
Guillaume Jacquot

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Un sens du timing étonnant. » La sénatrice socialiste Laurence Rossignol a peu apprécié les déclarations du ministre Franck Riester sur notre antenne, le jour même de la remise d’un rapport alarmant sur le sexisme par le Haut conseil à l’égalité. Lundi, le ministre des relations avec le Parlement a reconnu que les femmes seraient « un peu pénalisées » par le report de l’âge légal de départ à la retraite à 64 ans.

Depuis près de 48 heures, la sortie du ministre n’en finit plus de faire parler d’elle, trois sénatrices ont interrogé le gouvernement sur les perdantes de la réforme. « Par votre propre aveu, vous établissez l’injustice de votre texte », s’est exclamée la sénatrice Cathy Apourceau-Poly (communiste). « Un moment de franchise merveilleux », a raillé Laurence Rossignol. La droite est également montée au créneau, Laure Darcos (LR) estime qu’il est « indispensable de compenser l’effort supplémentaire demandé aux femmes ».

À lire aussi » Retraites : « Les femmes et leur maternité, c’est l’angle mort de la réforme », notent les sénateurs LR

Selon l’étude d’impact de la réforme, les femmes nées en 1972 devront travailler en moyenne 9 mois de plus que sous le régime actuel, tandis que les hommes de la même génération devront travailler cinq mois de plus, soit un écart de quatre mois. « Je le dis clairement : pour ce qui est des femmes, les efforts, c’est non ! On en fait déjà assez comme ça, tout le temps », s’est exclamée l’ancienne ministre des Familles, de l’Enfance et des Droits des femmes. « Puisqu’on parle d’efforts, vous Madame la Première ministre, vous pouvez en faire un. Vous êtes la femme qui peut faire un bel effort en renonçant à cette injustice pour les Français. »

« Une réforme qui porte des protections pour les femmes »

Ces critiques et ces inquiétudes, le ministre du Travail Olivier Dussopt les a balayées d’un revers de main. La réforme porte, au contraire, des « protections pour les femmes », selon lui. « Vous avez du mal à l’entendre je crois, ou le concevoir », a-t-il rebondi. L’ancien socialiste a notamment pris l’exemple du relèvement à 1 200 euros du minimum de pension pour les carrières complètes au Smic, qui bénéficiera à 200 000 nouveaux retraités par an. Deux tiers d’entre eux seront des femmes. « Nous nous adressons à celles qui n’ont pas de carrière complète », a-t-il précisé, avec la revalorisation des deux étages du minimum contributif.

C’est précisément sur cette cible de la pension à 1 200 euros que Laurence Rossignol a également concentré ses critiques. Les conditions du dispositif sont « drastiques », a-t-elle reproché, « tellement drastiques que justement elles vont éviter les femmes ».

Le ministre du Travail a cependant admis un point : la retraite est « aussi le réceptacle d’une vie d’inégalités » entre les deux sexes. « Faisons-en sorte de les résorber », a appelé le ministre.

À lire aussi » Retraites : « La durée de cotisation des femmes va augmenter légèrement plus que celle des hommes », reconnaît Stanislas Guerini

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le