Réforme des retraites : « Nous sommes dans une crise de régime », s’alarme Éric Coquerel

Réforme des retraites : « Nous sommes dans une crise de régime », s’alarme Éric Coquerel

Invité de Bonjour chez vous, le député LFI de la Seine-Saint-Denis Éric Coquerel a dénoncé les « coups de force » du gouvernement et s’est inquiété de la « crise de régime » provoquée par les tensions liées à la réforme des retraites.
Caroline Deschamps

Par Louis Heinrich

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Le Sénat a tranché. Mercredi soir, en adoptant fameux article 7 du projet de réforme des retraites, qui cristallise le débat, la Chambre haute a acté le report de l’âge légal de départ à la retraite. Une étape clé dans la bataille des retraites franchie par l’exécutif. « C’était un peu attendu qu’ils finissent par le voter. Mais ça ne donne pas une majorité dans le pays », nuance le député de la Seine-Saint-Denis Éric Coquerel. « Ils y sont arrivés de manière tout aussi étonnante que la manière de faire à l’Assemblée, avec cet article 38 qui permet de raccourcir encore le temps du débat », souligne le président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale.

 

« Utiliser toutes les possibilités pour ralentir ce projet »

Ces derniers jours, il y a eu des tensions comme rarement au Palais du Luxembourg. Bruno Retailleau, le patron des sénateurs LR, a dénoncé une « mélenchonisation » de l’opposition, pointant des tentatives répétées d’ « obstruction » de la part des sénateurs de gauche. Pour Eric Coquerel, rien de tout ça : « Les opposants sont dans leur rôle. On ne va pas empêcher en plus les opposants de s’opposer. Les débats se tendent puisqu’en face, on essaye de passer en force. » A l’Assemblée nationale comme au Sénat, le député considère qu’ « il est logique qu’on utilise absolument toutes les possibilités pour ralentir ce projet de loi, voire qu’ils passent sans vote. C’est-à-dire qu’ils utilisent un coup de force de plus qui montre que ce projet de loi n’est pas légitime. » L’enjeu pour l’opposition serait donc de faire durer le plus longtemps possible les débats au Parlement pour permettre au mouvement social de se développer. « On a une réforme globale qui va forcer les gens à travailler deux ans de plus. Et on nous explique qu’il faudrait que tout ça passe rapidement parce que le gouvernement en a décidé ainsi parce qu’il n’est pas sûr d’avoir une majorité », dénonce Éric Coquerel.

 

« La Ve République est à bout de souffle »

Parce que si la gauche s’oppose fermement au projet de réforme et accompagne le mouvement social, c’est aussi la manière d’exercer le pouvoir qui interroge le député de la Seine-Saint-Denis : « Ce n’est plus possible que tout renvoie à un seul homme. La Ve République est à bout de souffle. Emmanuel Macron est en train de le montrer par cette vision hyperprésidentielle du régime. » Et d’ajouter qu’ « on n’est pas élu pour accepter des pratiques antidémocratiques », pointant notamment du 49.3 pour faire passer sans vote le projet de loi de finance pour 2023. « On est arrivé dans une vraie crise, non seulement politique, mais de régime », constate Éric Coquerel. Comment en sortir ? Le président de la commission des Finances à l’Assemblée nationale a sa solution : « Emmanuel Macron doit retirer cette loi. C’est lui qui l’a voulue à tout prix, qui l’a voulue par le PLFSSR, et qui l’a voulue contre tout un pays. C’est à lui qu’il revient de sortir de la crise. Il a une possibilité pour ça : recevoir les syndicats. » Ce jeudi l’intersyndicale a adressé une lettre au chef de l’Etat, à qui elle reproche de rester sourd à la grogne sociale, demandant à le rencontrer. Et selon Philippe Martinez, le patron de la CGT, leur courrier est toujours sans réponse.

Dans la même thématique

Des agriculteurs bloquent le peage de l’autoroute A43 a Saint-Quentin Fallavier en direction de Lyon et Grenoble – Farmers block the toll of the A43 motorway in Saint-Quentin Fallavier towards Lyon and Grenoble
4min

Politique

Sondage : 91% des Français soutiennent le mouvement des agriculteurs

Selon un sondage Odoxa – Backbone Consulting pour le Figaro, les personnes interrogées soutiennent très largement la mobilisation des agriculteurs. Pire encore, le soutien au mouvement n’a jamais été aussi haut avec 91% des Français (en hausse de 2 points) déclarant approuver le mouvement lancé il y a près de 3 mois.

Le

Réforme des retraites : « Nous sommes dans une crise de régime », s’alarme Éric Coquerel
3min

Politique

Passe d’armes entre le Premier Ministre et le RN sur l’agriculture : « Le Rassemblement National dit tout et son contraire » tacle Gabriel Attal

Au cours de sa conférence de presse et quelques heures après avoir proposé un débat à Marine le Pen sur l’agriculture dans le journal Le Figaro, le Premier Ministre est revenu sur la passe d'armes qui l'oppose à la présidente du groupe RN à l’Assemblée. Critiquant les « changements de pied incessants » du RN, le Premier Ministre a taclé l'ex-finaliste à l’élection présidentielle, l'accusant de ne pas être « très à l'aise sur ces questions » et d'avoir « peur que cela se voit ».

Le

Réforme des retraites : « Nous sommes dans une crise de régime », s’alarme Éric Coquerel
4min

Politique

Européennes : « Arrêtons cette campagne unique contre le RN », enjoint Arnaud Robinet (Horizons)

Invité de Public Sénat, le maire de Reims Arnaud Robinet, s’agace de l’absence de liste et de programme du côté de la majorité, à moins de quatre mois des élections européennes. Il reproche à l’exécutif de se focaliser sur la lutte contre le Rassemblement national, au détriment du débat d’idées, ce qui « n'est plus audible pour nos concitoyens ».

Le

Paris: Eric Ciotti Salon de l Agriculture 2023
12min

Politique

Européennes : pourquoi les LR ne soutiennent par Ursula Von der Leyen, pourtant issue du même groupe politique ?

François-Xavier Bellamy, tête de liste LR pour les européennes, a annoncé que les LR « ne soutiendront pas » Ursula von der Leyen, candidate à sa réélection à la présidence de la Commission européenne. Si elle vient comme eux de la droite européenne, les LR lui reprochent son bilan sur les questions agricoles et écologiques. Reste que les eurodéputés LR ont aussi soutenu certaines de ses propositions. Le RN pointe la situation.

Le