Réforme institutionnelle : « Les dés ne sont pas jetés » selon Éliane Assassi

Réforme institutionnelle : « Les dés ne sont pas jetés » selon Éliane Assassi

Éliane Assassi, présidente du groupe communiste républicain citoyen et écologiste au Sénat, estime qu’il y a encore des chances pour le Sénat d’arriver à modifier les projets de loi organique et ordinaire, présentés aujourd’hui en Conseil des ministres.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Ce mercredi matin, les projets de loi organique et ordinaire de la réforme institutionnelle ont été présentés en Conseil des ministres. Dans cette réforme, figure une réduction de 30% du nombre de parlementaires, qui passera par un renouvellement intégral du Sénat en 2021. Une mesure qui tend encore plus les relations entre la Haute Assemblée et l’exécutif.

Éliane Assassi, présidente du groupe communiste républicain citoyen et écologiste au Sénat a réagi sur le plateau de « Sénat 360 » : « Il y a des mesures dans chacun de ces textes qui interrogent sur la volonté du gouvernement de se saisir du plus grand nombre de pouvoirs (…) et d’afficher un certain mépris à l’égard du Parlement (...) on voit bien qu’avec ces trois textes qui nous sont présentés, le gouvernement et le président de la République (…) s’attaquent à un espace de démocratie qu’est le Parlement. »

Mais la sénatrice de Seine-Saint-Denis ne s’avoue pas vaincue : «  J’ai quand même le sentiment que les dés ne sont pas jetés (…) et qu’il y a des batailles à mener. Je me félicite qu’il y ait eu un travail de fond, qui a été mené ici au Sénat, sous la présidence du président Larcher (…) Je suis à la fois inquiète et dans le même temps, je pense qu’il y a des leviers pour qu’on puisse encore modifier un certain nombre de choses dans ces textes. »

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le