réforme travail pour “plus de liberté et de sécurité” pour l’entreprise et le salarié, dit Pénicaud

réforme travail pour “plus de liberté et de sécurité” pour l’entreprise et le salarié, dit Pénicaud

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a expliqué mardi à l'Assemblée nationale que l'objectif de la réforme du code du travail...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Muriel Pénicaud, la ministre du Travail, a expliqué mardi à l'Assemblée nationale que l'objectif de la réforme du code du travail était de donner "plus de liberté et de sécurité, tant à l'employeur qu'au salarié", lors de son audition en Commission des affaires sociales

"Je ne pense pas que la liberté soit pour les uns et la sécurité pour les autres. Je pense que tant les salariés que les employeurs ont besoin de liberté et de sécurité", a-t-elle défendu devant les députés.

"Pour les salariés, c'est la liberté de pouvoir souffler pour évoluer dans la vie professionnelle, choisir un métier si on veut changer d'entreprise ou entreprendre soi-même, choisir le télétravail ou participer aux négociations d'entreprise, voire aux décisions stratégiques de l'entreprise", a défendu la ministre.

Pour les entreprises, la liberté apportée par la réforme permettra "de se réorganiser plus rapidement pour conquérir des marchés" et "négocier des normes adaptées aux besoins de l'entreprise". "Il faut plus de sécurité pour les entreprises", notamment dans "la clarté des règles et des sanctions", a-t-elle expliqué.

Elle a donné l'exemple des licenciements, soulignant qu'un quart d'entre eux fait l'objet d'un recours aux prud'hommes. Or, "pour la même nature de licenciement reconnu comme abusif d'un salarié de 20 ans d'ancienneté, la sanction, dans le même cas de figure, est de huit à 40 mois de salaire", a-t-elle relevé, expliquant que cette "incertitude dissuade beaucoup de petites entreprises d'embaucher ou de transformer des CDD en CDI".

Elle a confirmé la volonté du gouvernement du fusionner trois instances représentatives du personnel (délégués du personnel, comité d'entreprise, CHSCT) pour des raisons de "simplicité", pour renforcer "un dialogue social de qualité".

Gérard Cherpion (LR), Francis Vercamer (Les constructifs), ou Adrien Quatennens (France Insoumise) ont dénoncé "la méthode", s'interrogeant sur "l'urgence" et "l'empressement" de réformer le code du travail "en plein été", alors que la concertation avec les partenaires sociaux se poursuit.

"Les grandes réformes ne peuvent pas faire l'économie d'un débat citoyen sincère, d'un dialogue social approfondi et d'un débat parlementaire respectueux du pluralisme", a relevé Boris Vallaud (PS).

Il a réclamé, tout comme Pierre Dharréville (PCF), une évaluation des réformes précédentes. De son côté, Adrien Quatennens a dénoncé une "inversion de la hiérarchie des normes", de même que M. Dharréville qui agité la menace "d'un code du travail par entreprise", ce que la ministre a démenti.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le