Réformes des retraites : pour Fabrice d’Almeida, le président de la République « a fabriqué la faiblesse du pouvoir »

Réformes des retraites : pour Fabrice d’Almeida, le président de la République « a fabriqué la faiblesse du pouvoir »

Plus d’une semaine après l’application du 49.3 par Elisabeth Borne pour faire passer la réforme des retraites et quelques jours après avoir évité la motion de censure de justesse, Emmanuel Macron a choisi les journaux de 13h de France 2 et de Tf1 pour finalement prendre la parole. Une intervention où le président s’est dit « prêt à endosser l’impopularité ».
Antoine Ogier

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Si la parole était attendue, la déception et les critiques ont été nombreuses.

Près de 11 millions de français ont attentivement suivi l’intervention du président de la République et 6 français sur 10 - d’après un sondage Elabe - jugent que sa parole va provoquer plus de colère dans le pays.

 Il a fabriqué la faiblesse du pouvoir.

Pour l’historien Fabrice d’Almeida, un seul responsable. Le président lui-même :

"En ne faisant pas campagne pour les législatives, en ne mettant pas en place une vraie coalition de gouvernement, en refusant de retourner devant les électeurs s’il le fallait, Emmanuel Macron a fabriqué la faiblesse du pouvoir."

Le chef de l’Etat a regretté de ne pas avoir su faire comprendre la nécessité de la réforme des retraites mais il a également manifesté sa détermination à la mettre en place.

Après l’interview, les appels à bloquer durement le pays se propagent et les manifestations violentes se multiplient.

Des actes et des paroles qui ne suffisent pas à faire douter Emmanuel Macron.

Pour Juliette Méadel, l’image à l’étranger du président de la République,

qui « s’incarne par sa capacité à résister contre les manifestations » est en partie responsable de ce choix politique.

L’ancienne ministre rajoute qu’il s’agit là d’une « erreur » qui risque « de l’affaiblir dans les 4 années à venir ».

Dans la même thématique

Paris: Illustrations Assemblee nationale
6min

Politique

Faire une trêve politique pendant les JO : « C’est le cache-sexe du blocage politique de l’Assemblée » 

Gérard Larcher a demandé une « trêve politique » pendant les Jeux olympiques et paralympiques. Alors qu’aucun groupe politique ne dispose de majorité absolue à l’Assemblée nationale et que le président de la République n’a toujours pas nommé de Premier ministre, l’idée ne fait pas l’unanimité chez les présidents de groupes du Sénat, même si une trêve de fait risque bien de s’imposer.

Le

Defile militaire du 14 juillet – 14 TH July military parade during French national day
5min

Politique

Ministres démissionnaires et députés : la séparation des pouvoirs va-t-elle être malmenée ?

La démission du gouvernement Attal va être acceptée par le chef de l’Etat sûrement demain, juste avant l’ouverture de la XVIIe législature jeudi, à l’Assemblée nationale où siégeront des membres du gouvernement élus ou réélus députés. Mais alors que la gauche peine à s’accorder pour proposer le nom d’un candidat à Matignon, le gouvernement démissionnaire est parti pour durer quelques semaines, au risque de mordre sur le principe de la séparation des pouvoirs.

Le

Paris: Melenchon, Chikirou and Bompard arriving at the National Assembly
2min

Politique

La France Insoumise «  suspend » les négociations du NFP pour Matignon, accusant le PS de « blocage »

Dans un communiqué de ce lundi après-midi, la France Insoumise annonce se retirer des négociations. La gauche ne parvient pas à s’accorder sur le nom d’un candidat du Nouveau Front Populaire à envoyer à Matignon. Les Insoumis se refusent à une reprise des discussions tant qu’une candidature unique pour la présidence de l’Assemblée n’a pas été décidée. Très critique envers le Parti Socialiste, le communiqué l’accuse de « mettre un veto à toute candidature issue du Nouveau Front Populaire, dans le seul but d’imposer la sienne ».

Le