Régionales : Éric Dupond-Moretti « est un candidat du week-end », tacle Sébastien Chenu

Régionales : Éric Dupond-Moretti « est un candidat du week-end », tacle Sébastien Chenu

Le candidat RN dans les Hauts-de-France condamne le garde des Sceaux qui a eu des mots ce week-end avec un candidat RN à Péronne : « (Le ministre) se comporte comme un agresseur ». Sans surprise, il s’énerve également de la marche contre l’extrême-droite qui s’est tenue samedi et attaque Jean-Luc Mélenchon.
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Week-end agité à une semaine des élections régionales et départementales. Samedi, à Péronne (Somme) cette fois, la tension est montée entre le garde des Sceaux et un candidat bien connu du RN, Damien Rieu. L’ancien porte-parole de Génération identitaire a qualifié le ministre de la Justice de « pitbull à Rolex » d’Emmanuel Macron.

Pour l’invité de la matinale de Public Sénat, Sébastien Chenu, c’est d’abord le ministre qui « se comporte comme un agresseur » tout en soutenant que ce dernier aurait agressé verbalement « des habitants du coin ».

Le déplacement du garde des Sceaux s’est fait dans le cadre des régionales dans les Hauts-de-France où il est candidat. « C’est un candidat du week-end […] Il n’a aucun projet pour la région dans laquelle il s’engage », tacle le candidat RN dans les Hauts-de-France.

Les sondages dans les Hauts-de-France annoncent un match serré entre Sébastien Chenu et l’actuel président LR, Xavier Bertrand. « Le temps de l’alternance est venu, ici, elle est attendue, ça permettra d’ouvrir de nouveaux dossiers comme celui de la sécurité », assure-t-il. La sécurité ne fait pas partie des compétences des régions. Le candidat RN s’en est pris au président sortant sur son bilan en matière d’emploi. « On est classé parmi les régions les plus mal gérées », affirme-t-il aussi.

Samedi, la marche des libertés contre les idées d’extrême-droite a réuni, dans près de 120 villes, environ 37 000 personnes, dont 9 000 à Paris, selon les autorités. « Ces manifestations étaient ridicules », juge le candidat RN dans les Hauts-de-France.

Sébastien Chenu a condamné l’agression du leader la France insoumise lors de cette marche avant de charger son opposant. « Jean-Luc Mélenchon devrait faire attention ! Lorsqu’il hurle sur des policiers, les insulte et a des propos complotistes, il sort gravement du pacte républicain. Les électeurs du RN ont le droit d’être respectés. La marche des libertés était un manque de respect envers eux ».

 

Dans la même thématique

Migration Europe
6min

Politique

Pacte européen asile et migration : qu'ont voté les eurodéputés français ?

Soutenu par les sociaux-démocrates et la droite européenne, le pacte asile et migration a été adopté au Parlement européen. Mais, contrairement à leurs collègues des autres États membres, Raphaël Glucksmann et François-Xavier Bellamy – têtes de liste socialiste et Les Républicains – se sont opposés au texte.

Le

Paris: weekly session of questions to the government at the Senate
3min

Politique

RIP sur l’immigration : pour Bruno Retailleau, le Conseil constitutionnel « outrepasse son rôle »

Les Républicains s’en prennent une nouvelle fois au Conseil constitutionnel après avoir vu leur proposition de référendum d’initiative partagée (RIP) sur l’immigration invalidée par les Sages. « Un nouveau tournant » pour le patron de la droite sénatoriale qui avait déjà eu des mots assez durs à l’égard de la plus haute juridiction lors de la large censure de la loi immigration.

Le