Régionales : les électeurs font mentir les sondages et placent la socialiste Marie-Guite Dufay en tête en Bourgogne-Franche-Comté

Régionales : les électeurs font mentir les sondages et placent la socialiste Marie-Guite Dufay en tête en Bourgogne-Franche-Comté

Marie-Guite Dufay, présidente PS sortante, sort en tête du premier tour en Bourgogne-Franche-Comté, avec 26,2 %. Le RN Julien Odoul, donné en tête des sondages, est finalement second avec 23,8 %. Le LR Gilles Platret est troisième à 23,8 %.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

En Bourgogne-Franche-Comté, les électeurs ont décidé de faire mentir les sondages. La présidente PS sortante, Marie-Guite Dufay, arrive en tête du premier tour, avec 26,2 % des voix, selon notre estimation Ipsos/Sopra Steria pour France Télévisions/Radio France/LCP-AN - Public Sénat.

Le candidat du RN, Julien Odoul, est second avec 23,8 %, suivi du candidat LR/UDI/DLF, Gilles Platret, à 20,9 %. Denis Thuriot, candidat LREM, est à 12,7 %, suivi de Stéphanie Modde (EELV) à 9,9 %, de Bastien Faudot (LFO, GRS) à 4,1 % et enfin de Claire Rocher (LO) à 2,4 %.

Julien Odoul (NR) « appelle les électeurs LR à faire barrage à la gauche »

Les sondages se sont trompés. Ils donnaient le RN en tête (autour de 30 %), suivi de Gilles Platret et de Marie-Guite Dufay, au coude à coude avec la droite ou seulement en troisième position. Pour le RN, c’est une déception, à l’image de scores sur le plan national relativement en demi-teinte, dans un contexte d’abstention historique. Marine Le Pen avait fait de la Bourgogne-Franche-Comté l’une des régions gagnables par l’extrême droite.

Avec des réserves de voix à gauche, et aidée sûrement par des voix LREM, la présidente sortante Marie-Guite Dufay pourrait dans ces conditions l’emporter. Sauf si les listes RN et LR s’alliaient. Gilles Platret a fait alliance pour le premier tour avec Debout la France, parti de Nicolas Dupont-Aignan, qui avait rejoint Marine Le Pen au second tour en 2017. Interrogé par Public Sénat pendant la campagne, Julien Odoul avait tendu la main au candidat LR. Mais le parti de Christian Jacob exclut toute alliance avec l’extrême droite. Ce dimanche soir, Julien Odoul vise plutôt les voix du candidat de droite. « J’appelle les électeurs LR à faire barrage à la gauche », a-t-il lancé. Mais le PS pourrait bien conserver cette région.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le