Régions : Élisabeth Borne promet de donner « de la lisibilité sur les moyens »

Régions : Élisabeth Borne promet de donner « de la lisibilité sur les moyens »

En clôture du congrès des Régions de France, la Première ministre a promis un « dialogue constant » pour « bâtir ensemble » dans la concertation sur l’emploi et écologie.
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

A quelques semaines de l’examen du budget qui s’annonce sous tension face à la montée des cours de l’énergie, Élisabeth Borne a tenté de rassurer lors du congrès des Régions de France en promettant de donner « de la lisibilité sur les moyens ». « Le pacte financier pluriannuel que nous construisons garantira le panier des ressources des régions », a promis Élisabeth Borne confirmant que le gouvernement « continuera à être présent pour accompagner les collectivités en difficulté, y compris les régions ».

« Nous ne sommes pas forcément d’accord sur tout. Mais je suis convaincue que nous avons en commun une volonté d’agir » car « État et territoires détiennent chacun une part de la réussite de notre Nation », a insisté la cheffe du gouvernement, invitant les 22 présidents de régions à « bâtir ensemble ». « Le collectif est la condition de notre succès […] Notre dialogue ne fait que commencer. Il doit être riche, constant et transparent », a-t-elle rappelé.

La Première ministre a aussi confirmé que le fonds vert à destination des territoires pour accélérer la transition écologique sera « intégralement territorialisé ». « Nous devons nous doter d’un plan de bataille […] J’ai demandé que les discussions sur les thèmes de l’eau, la forêt, la production d’énergie décarbonée commencent dès ce mois-ci », a-t-elle confirmé, promettant, d’ici la fin de l’année, « une vision complète de notre planification écologique ».

Élisabeth Borne a défendu sa méthode fondée sur « la concertation », en associant l’ensemble des collectivités, sur « un programme de travail partagé », sur la « différenciation » les « spécificités de chaque territoire », au service du « plein-emploi » et de la transition écologique.

Enfin, interpellée, notamment par Laurent Wauquiez  et par Carole Delga sur le ferroviaire, pour lequel les régions réclament « un plan complet du modèle économique », elle annonce que « dès novembre », les préfets de région allaient « lancer les travaux pour définir une programmation avec (les régions) ».

 

 

 

Dans la même thématique

Brussels Special European Council – Emmanuel Macron Press Conference
3min

Politique

Élections européennes : avant son discours de la Sorbonne, l’Élysée se défend de toute entrée en campagne d’Emmanuel Macron

Ce jeudi 25 avril, le président de la République prononcera un discours sur l’Europe à la Sorbonne, sept ans après une première prise de parole. Une façon de relancer la liste de Valérie Hayer, qui décroche dans les sondages ? L’Élysée dément, affirmant que ce discours n’aura « rien à voir avec un meeting politique ».

Le

Régions : Élisabeth Borne promet de donner « de la lisibilité sur les moyens »
8min

Politique

IA, simplification des formulaires, France Services : Gabriel Attal annonce sa feuille de route pour « débureaucratiser » les démarches administratives

En déplacement à Sceaux ce mardi dans une maison France Services, quelques minutes seulement après avoir présidé le 8e comité interministériel de la Transformation publique, le Premier ministre a annoncé le déploiement massif de l’intelligence artificielle dans les services publics, ainsi que la simplification des démarches. Objectif ? Que « l’Etat soit à la hauteur des attentes des Français ».

Le

Brussels Special European Council – Renew Europe
10min

Politique

Européennes 2024 : avec son discours de la Sorbonne 2, Emmanuel Macron « entre en campagne », à la rescousse de la liste Hayer

Emmanuel Macron tient jeudi à la Sorbonne un discours sur l’Europe. Si c’est le chef de l’Etat qui s’exprime officiellement pour « donner une vision », il s’agit aussi de pousser son camp, alors que la liste de la majorité patine dans les sondages. Mais il n’y a « pas un chevalier blanc qui va porter la campagne. Ce n’est pas Valérie Hayer toute seule et ce ne sera même pas Emmanuel Macron tout seul », prévient la porte-parole de la liste, Nathalie Loiseau, qui défend l’idée d’« un collectif ».

Le