Remaniement : Les cinq passations de pouvoir

Remaniement : Les cinq passations de pouvoir

Après le remaniement, cinq ministres ont cédé leur portefeuille, après un mois de présence. Tour d’horizon au ministère de la Justice, à la Cohésion des territoires, à l’Agriculture aux Armées, ou encore aux Affaires européennes.
Public Sénat

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

L’avertissement de François Bayrou à Nicole Belloubet

À la Chancellerie, François Bayrou laisse ce jeudi matin les clés de son ministère, et son projet de loi, avec un avertissement. Le ministre sortant prévient Nicole Belloubet, la nouvelle garde des Sceaux, qu’elle rencontrera « un certain nombre de résistances explicites ou plus souvent encore implicites » en portant le texte sur la moralisation de la vie publique.

Le maire de Pau l’a également encouragée à défendre une réforme constitutionnelle qui renforcerait l’indépendance du parquet, notamment en lui permettant de donner son avis dans les nominations des procureurs. « Vous avez beaucoup de chance, c’est un très beau ministère, c’est une très grande mission et c’est une mission très exigeante », lui a-t-il annoncé.

Le message a été reçu. « Je ne vous ai pas seulement écouté, je vous ai entendu », a répondu l'ex-membre du Conseil constitutionnel, qui a estimé que le projet de loi de moralisation était un « chantier de l’urgence ». « Je m'inscrirai, au-delà de l'exigence de continuité républicaine, dans vos pas », a-t-elle répondu, ajoutant :

« C’est un honneur pour moi de vous succéder et j’espère que j’obtiendrai la réussite que vous méritiez »

À la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand salue « deux hommes remarquables »

Au ministère de la Cohésion des Territoires, Richard Ferrand, qui s’en va pour la présidence du groupe LREM à l’Assemblée nationale, n’a pas manqué d’amabilités devant ses deux successeurs mercredi soir : Jacques Mézard, « qui a eu une production législative à son honneur », et le secrétaire d’État Julien Denormandie, « un ingénieur un peu génial » :

« Je suis fier d’aller à la conquête de l’élection du groupe de la majorité. Je suis encore plus fier que le président de la République ait choisi deux amis, deux hommes remarquables, pour venir ici porter des politiques publiques Je l’ai dit en sincérité à mon ami Jacques, mon ami Julien, ça fait tout de même plaisir d’être succédé par des gens de qualité. »

« Je m'en vais sans regret car je sais que vous êtes là », a conclu Richard Ferrand, remercié par Jacques Mézard « pour son amitié ».

À l’Agriculture, Jacques Mézard rappelle que « le rôle du politique est de décider »

Rue de Varenne, l’ancien député socialiste de la Manche Stéphane Travert a insisté sur « sa fierté » de prendre en charge le nouveau ministère de l’Agriculture.

De son côté, Jacques Mézard a rendu un hommage aux services qu’il a côtoyés durant un mois. « Le rôle du politique est de décider, le rôle de l’administration est de préparer, de donner toutes les indications pour que le politique puisse prendre les décisions dans les meilleures conditions possibles. »

Au Quai d’Orsay, le départ d’une « vraie européenne »

« C’est un plaisir de succéder à une vraie européenne qui porte des vraies convictions », a appuyé Nathalie Loiseau, la nouvelle ministre chargée des Affaires européennes devant Marielle de Sarnez. Sur Twitter, la députée MoDem a souligné que son parti était représenté au gouvernement « par deux femmes formidables » : Jacqueline Gourault et Geneviève Darrieussecq.

La nouvelle ministre des Armées « honorée »

Passation de pouvoir au mininistère des Armées
00:30

Au ministère des Armées, la nouvelle ministre Florence Parly a passé en revue les troupes, aux côtés de Sylvie Goulard, la première membre du MoDem à avoir annoncé son départ du gouvernement. « Je suis fière, honorée et consciente des responsabilités qui pèsent sur moi », a déclaré devant les journalistes Florence Parly, qui a été secrétaire d’État au Budget de 2000 à 2002.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le