Remaniement: un gouvernement plus technique que politique

Remaniement: un gouvernement plus technique que politique

Le nouveau gouvernement d'Edouard Philippe, nommé mercredi soir, est un gouvernement plus "technique" que "politique", estime...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Le nouveau gouvernement d'Edouard Philippe, nommé mercredi soir, est un gouvernement plus "technique" que "politique", estime jeudi la presse.

"Le gouvernement a une dimension avant tout marquée par la compétence et le renouvellement: une équipe d'experts plus que de politiques", résume Le Parisien.

Pour Libération, "Emmanuel Macron se déleste des trois poids lourds MoDem mis en cause et constitue un gouvernement de techniciens à sa main".

"La compétence est-elle gage de réussite en politique? On dira qu’elle vaut mieux que l’incompétence. C’est en tout cas le choix du Président. Exit donc trois ministres politiques, remplacés par des techniciens", relève Laurent Joffrin, directeur de la rédaction de Libé.

"Le nouveau gouvernement fait la part belle aux techniciens et aux fidèles", constate également Le Figaro, qui sous la plume de Paul-Henri du Limbert prévient cependant: "Si les +technocrates+ agissent quand les politiques hésitent, ils ont aussi leurs défauts, notamment celui d’être éloignés des réalités du terrain".

Xavier Brouet, du Républicain Lorrain, reconnaît: "un casting de premiers de la classe, sans aspérités, au risque que le techno ne déborde le politique". "Un gouvernement au cordeau, un ensemble plus techno", confirme Alain Dusart, de l'Est Républicain. Moins "chabada-bada" que "440 députés débutants", mais "l’action requiert un minimum d’expérience", ajoute-t-il.

- 'Table rase du passé' -

"Ce nouveau gouvernement aux multiples inconnu(e)s est une équation fragile entre les techniciens de gauche, la garde rapprochée du Président et des (très) jeunes +constructifs+ de droite", alerte Maurice Bontinck, dans La Charente Libre.

"Vous vouliez du renouvellement, en voilà", s'amuse Sébastien Lacroix de l'Union/L'Ardennais avant de poursuivre plus sérieusement: "Le gouvernement Philippe II fait table rase du passé. Non pas que les ministres soient tous des novices en politique, mais la majorité d’entre eux se tenait loin du devant de la scène."

C'est un "gouvernement Philippe II beaucoup plus en accord avec les promesses de campagne du Président-marcheur que le précédent", estime Jean-Michel Servant, du Midi Libre. Jean-Marc Chevauché, du Courrier Picard, voit dans ce gouvernement: "Un rééquilibrage très classique en somme. Rien de nouveau sous la canicule de la France. Tout a changé mais tout est pareil".

"La France a un nouveau gouvernement. Mais plus que les soubresauts inhérents à un gouvernement, c’est sur les résultats que les Français jugeront, pas sur l’origine politique ou la longueur du CV des ministres", insiste Laurent Bodin, dans L'Alsace.

En attendant, Emmanuel Macron "confirme sa volonté de changer les règles du jeu. Il montre sa capacité à tailler dans le vif. Nul n’est à l’abri", prévient Dominique Jung, des Dernières Nouvelles d'Alsace.

Dans la même thématique

France New Parliament
7min

Politique

Cafouillages à l’Assemblée nationale pour l’attribution des postes clés

Les députés procèdent ce vendredi à la nomination des membres du « Bureau » de l’Assemblée nationale, la plus haute autorité au Palais Bourbon. Un premier tour du scrutin visant à faire élire six vice-présidents a été annulé à cause du trop grand nombre de bulletins de vote recueillis au moment du dépouillement.

Le

Ursula Von Der Leyen Elected President of the European Commission for the Second Time, Strasbourg, Gallia – 18 Jul 2024
7min

Politique

Qu’est-ce que le « commissaire à la Méditerranée » qu’Ursula von der Leyen propose ?

Ursula von der Leyen vient d’être confortée par les députés européens pour un second mandat à la tête de la Commission. Dans son programme pour les 5 ans à venir, elle s'est engagée à créer un portefeuille de commissaire, séparé, dédié à la Méditerranée. Un premier pas timide pour renforcer les liens fragiles et distendus entre l’Union européenne et les pays de cette région

Le

Paris: Yael Braun-Pivet reelected National Assembly presiden
6min

Politique

Yaël Braun-Pivet réélue au perchoir : « Il faut que tout change pour que rien ne change », observent les sénateurs

Malgré un revers électoral aux dernières législatives, la candidate de la majorité sortante, Yaël Braun-Pivet a été réélue à la présidence de l’Assemblée nationale. Au Sénat, la gauche évoque « un hold-up démocratique ». Chez les LR et les centristes, c’est le soulagement de ne pas voir un membre du Nouveau Front Populaire qui domine.

Le