« Remettre en cause la prime d’activité serait une erreur », avertit Patrick Kanner

« Remettre en cause la prime d’activité serait une erreur », avertit Patrick Kanner

Le président du groupe socialiste au Sénat a défendu dans l’Épreuve de vérité l’une des mesures phares du précédent quinquennat. « Attention danger », réplique-t-il à la majorité, qui s’interroge sur une refonte des aides sociales.
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Les dernières déclarations du gouvernement inquiètent Patrick Kanner, l’un des ministres du précédent quinquennat, qui s’en est ému dans l’Épreuve de vérité ce lundi, notre émission en partenariat avec l’AFP, Les Échos et Radio Classique. « Je dis attention, danger. Je ne veux pas qu’on touche à la prime d’activité. Je ne veux pas qu’on touche à la garantie jeunes. Je ne veux pas qu’on touche aux contrats aidés. Toute une série de mesures qu’on a portées, accompagnées », s’inquiète en anaphore le président des sénateurs socialistes.

Parmi les prestations sociales qui seraient dans le collimateur du gouvernement, selon l’élu du Nord : la prime d’activité, que touchent près de 2,7 millions de foyers français. Cette prestation née en 2016 de la fusion entre la prime pour l’emploi et le volet activité du RSA.

« Véritable déclencheur pour inciter à l’emploi »

« Aujourd’hui, elle est un véritable déclencheur pour inciter à l’emploi. La remettre en cause serait une erreur », avertit Patrick Kanner.

Mardi dernier, sur RTL, le ministre de l’action et des comptes publics a déclaré qu’il y a « trop » de prestations sociales et a mis en cause leur utilité. « On a un système social qui malheureusement n'a pas réglé le problème de la grande pauvreté en France et qui n'a pas réglé non plus le problème de l'activation vers le travail », a souligné le ministre.

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le