Renaud Muselier : « Ce n’est pas avec des bougies qu’on combat l’islamisme »

Renaud Muselier : « Ce n’est pas avec des bougies qu’on combat l’islamisme »

Renaud Muselier était l’invité politique de l’émission « Bonjour Chez Vous ! », la matinale de Public Sénat, ce lundi 19 octobre. Le président de la région Sud Provence-Alpes-Côte d’Azur s’est exprimé suite au drame de Conflans-Sainte-Honorine. Selon lui, il faut agir collectivement et fort contre l’islamisme qu’on ne combattra pas avec des bougies et des commémorations. Il souligne l’importance des témoignages de soutien mais demande des actes concrets. Renaud Muselier est par exemple favorable à la dissolution du CCIF (Collectif contre l’islamophobie en France). Il était au micro d’Oriane Mancini.
Public Sénat

Par Noémie Metton

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Professeur décapité : « On a un problème qui est finalement assez simple : on a une société qui est gangrenée par cette pression permanente de l'islamisme qui commence très tôt [...] On a une nécessité de réagir collectivement de manière très forte » « La loi [sur les séparatismes] finalement tombe bien parce qu'ils vont être obligés, en tout cas j'espère, de la durcir par rapport aux vœux pieux potentiels. Là il faut vraiment être dans l'action » « On peut rediscuter de la loi Avia mais elle attaquait le problème des réseaux et elle a été retoquée ou très diminuée à cause d'une Constitution qui était inapplicable donc il faut s'adapter à cette nouvelle guerre » « On fera un ouvrage que l'on distribuera à la rentrée, piloté par Régions de France, sur l'addition de toutes les caricatures qui ont eu lieu, religieuses ou politiques, et qui permettent le droit d'expression [...] ça fait partie de la pédagogie » « Ces témoignages de soutien c'est important mais ce n'est pas avec des bougies qu'on combat l'islamisme. Le CCIF c'est un organisme de propagande, de diffusion de haine qu'il faut dissoudre. Ce sont des mesures très claires et très concrètes » 

Relation État/régions : « Je salue le Premier ministre sur la qualité des relations qu'il a organisées entre lui et les territoires et les régions tout particulièrement. Nous avons signé avec lui un moyen d'accélération du dispositif du plan de relance » « Nous avons fait un travail législatif, de préparation, très important [sur la décentralisation] grâce à Territoires Unis qui peut être intéressant pour le gouvernement ». 

Report des élections régionales ? « Vous avez une crise sanitaire, une crise économique, une crise sociale. N'amenez pas une crise politique ! [...] Laissez l'élection en mars et si ça ne va pas on pourra annuler ». 

Marseille : « A titre personnel j'ai de bonnes relations avec Mme Rubirola mais j'ai un problème politique dans la mesure où je ne sais pas qui pilote l'avion. Je lui souhaite de prendre le plus vite possible l'habit. Aujourd'hui je n'ai pas d'interlocuteur » 

 

Dans la même thématique

Renaud Muselier : « Ce n’est pas avec des bougies qu’on combat l’islamisme »
3min

Politique

Drapeau palestinien à l’Assemblée : « Reconnaître un Etat palestinien, aujourd’hui, ce serait légitimer le Hamas », estime Jordan Bardella

Invité ce mercredi 29 mai de Public Sénat, Jordan Bardella, tête de liste RN pour les élections européennes, a dénoncé les positions de LFI sur le conflit à Gaza et leur attitude dans le débat public. Le président du RN estime que la reconnaissance d’un Etat palestinien n’est plus d’actualité depuis les attaques du 7 octobre.

Le

Renaud Muselier : « Ce n’est pas avec des bougies qu’on combat l’islamisme »
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le