Renaud Muselier : « Celui qui dit qu’il ne faut pas se faire vacciner, est un assassin potentiel »

Renaud Muselier : « Celui qui dit qu’il ne faut pas se faire vacciner, est un assassin potentiel »

Lors du 17ème congrès des régions de France, Renaud Muselier était l’invité de notre matinale en direct de Montpellier. Le président de la région PACA, contaminé par le covid en août alors qu’il était vacciné, a eu des mots forts pour réagir aux propos de responsables politiques, comme le président de l’Assemblée de Guyane ou Christiane Taubira, refusant d’appeler à la vaccination.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

C’est sa « première sortie » depuis qu’il a été contaminé le 21 août dernier. Présent pour soutenir « son amie Carole Delga » au congrès des régions de France, Renaud Muselier explique être « resté couché un mois. » Cela aurait pu être pire : « Si je n’avais pas été vacciné, je serais en réanimation et je ne sais pas dans quel état. » Le président de la région PACA a profité du récit de son expérience personnelle pour lancer un appel à la vaccination : « J’ai contaminé 12 personnes qui ont tous eu des covids plus ou moins violents, mais aucun n’est allé en réanimation. Je lance un appel à la vaccination, cela évite quand même des gros problèmes. »

En ce qui concerne les responsables politiques qui ont récemment refusé d’appeler à la vaccination, comme Christiane Taubira, Renaud Muselier ne mâche pas ses mots : « C’est une position assassine. C’est envoyer les gens à la mort, sous un prétexte fallacieux. Aujourd’hui celui qui dit qu’il ne faut pas se faire vacciner est un assassin potentiel. »

 

« Pourquoi la collectivité devrait prendre en charge des soins, pour des gens qui ne veulent pas se faire soigner ? »

 

Renaud Muselier en appelle les non-vaccinés à payer leurs frais d'hospitalisation
00:47

Le président de la région PACA ne s’arrête pas là. Pour lui, il y a un problème de fond « derrière » les réactions politiques des uns et des autres. « Est-ce que la société doit prendre en charge en permanence la réanimation, avec les coûts, de tous ceux qui ne veulent pas se faire vacciner ? » demande Renaud Muselier. Il ne fait pas que s’interroger : « Pourquoi la collectivité devrait prendre en charge des soins pour des gens qui ne veulent pas se faire soigner et qui après, devant la catastrophe vont directement en réanimation ? C’est comme les accidents de montagne, il y a une part de responsabilité des individus qui doit être prise en charge. »

Dans la même thématique

Renaud Muselier : « Celui qui dit qu’il ne faut pas se faire vacciner, est un assassin potentiel »
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Renaud Muselier : « Celui qui dit qu’il ne faut pas se faire vacciner, est un assassin potentiel »
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le