Reports de voix, profils des abstentionnistes : que nous apprend le second tour des législatives ?

Reports de voix, profils des abstentionnistes : que nous apprend le second tour des législatives ?

Les résultats des législatives offrent un visage inédit de l’Assemblée nationale à l’issue d’un scrutin une nouvelle fois marqué par une abstention record. Une étude réalisée par Ipsos, Sopra Steria confirme des reports de voix entre les deux tours parfois étonnants. Ainsi, il apparaît que 30 % des électeurs du RN ont préféré les candidats de la Nupes à ceux de la majorité présidentielle en cas de duel.
Public Sénat

Par Héléna Berkaoui

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Après une présidentielle atone, les élections législatives ravivent cette année politique et promettent une activité parlementaire intense. La majorité présidentielle s’effrite à l’épreuve du vote et passe de 350 députés (avec le Modem) à 245 députés. La perte de la majorité absolue qui nécessite 289 des sièges promet de nombreuses difficultés à l’exécutif pour faire voter ses réformes. Une situation inédite dans la Ve République.

Autre fait notable, le Rassemblement national fait une percée historique avec 89 sièges. La coalition de gauche, elle, fait élire 137 députés quand LR et l’UDI conservent seulement 63 sièges.

Les constantes d’une abstention persistante

L’abstention atteint une nouvelle fois un niveau record avec 53,79 %. L’étude Ipsos Sopra Steria réalisée juste avant le jour du 2nd tour note des tendances de fond. Cette enquête produite pour France Télévision, Radio France, RFI, France 24 France médias monde et LCP-AN, indique que les jeunes de moins de 34 ans restent les premiers abstentionnistes.

71 % des 18-24 ans ne se sont pas rendus aux urnes, comme 66 % des 24-34 ans. L’électorat le plus mobilisé demeure celui des seniors avec 66 % de votants chez les plus de 70 ans et 58 % chez les 60-69 ans.

Les classes populaires forment encore une fois le socle des abstentionnistes. Les écarts de mobilisation en fonction du niveau de revenus mensuels net par foyer sont sans équivoque. Les foyers percevant moins de 1 250 euros net par mois sont ceux qui se sont le plus abstenus. Seuls 36 % d’entre eux se sont rendus aux urnes. A contrario, les foyers qui ont le plus voté sont ceux de la tranche haute, ceux qui gagnent plus de 3 000 euros net par mois avec 51 % de votants dans cette catégorie de la population.

Les ouvriers sont les premiers abstentionnistes avec seulement 33 % de votants, juste derrière les employés qui comptent 36 % de votants. Les catégories qui se sont le plus mobilisées restent les retraités (65 %), loin devant les cadres (46 %) et les professions intermédiaires (41 %).

L’abstention plus forte chez LFI et Reconquête

L’étude d’Ipsos Sopra Steria se penche également sur la mobilisation des électeurs en fonction de leur sympathie partisane. Les électeurs de Jean-Luc Mélenchon et d’Éric Zemmour sont ceux qui se sont le plus abstenus pour le second tour des législatives (56 %). Les électeurs du Rassemblement national ont boudé les urnes pour 52 % d’entre eux. L’électorat le plus mobilisé est celui de La République En Marche et du Modem (63 %) et celui des Républicains (60 %). (Voir le graphique ci-dessous).

profil_des_abstentionnites_.png


Selon l’autopositionnement politique, on observe que l’abstention est plus forte à gauche (52 %) qu’à droite (49 %). Une tendance qui se confirme d’autant plus chez les électeurs les plus à gauche (59 % d’abstention) et ceux les plus à droite (50 %). Les sondés qui se désignent comme « ni à gauche, ni à droite » ont, eux, été 66 % à s’abstenir.

Les électeurs du RN préfèrent la Nupes à la majorité présidentielle

Les résultats de ces législatives et le score du Rassemblement national laissent entrevoir un changement majeur dans les comportements électoraux avec notamment la fin du front républicain. L’étude Ipsos Sopra Steria précise les reports de voix entre les deux tours opposants la Nupes à Ensemble ! dans 271 circonscriptions.

Assez logiquement, la droite se reporte sur la majorité présidentielle dans 60 % des cas ou s’abstient (35 %). Plus surprenant, les électeurs du Rassemblement national accordent, eux, leur vote à la gauche dans 30 % des cas contre seulement 18 % pour Ensemble ! Le « tout sauf Macron » semble donc avoir primé.

A contrario, les électeurs de Reconquête préfèrent la majorité présidentielle à la gauche dans 40 % des cas, seulement 5 % d’entre eux accordent leur voix à la gauche (voir le tableau ci-dessous). Une différence notable entre ces deux extrêmes droites.

ipsos_report_de_voix_nupes_ensemble.png

Sur le plateau de France 2 dimanche soir, le sondeur Brice Teinturier (Ipsos) indiquait également que les électeurs d’Ensemble ! s’étaient majoritairement abstenus (72 %) en cas de duel entre la Nupes et le RN. 16 % des électeurs d’Ensemble ! se sont reportés sur la Nupes et 12 % sur RN. Toujours en cas de duel Nupes/RN, 58 % des électeurs des Républicains se sont abstenus mais 30 % ont choisi de voter pour le RN et seulement 12 % pour la Nupes.

Méthodologie : Le sondage mené par Ipsos et son partenaire Sopra Steria a été réalisé du 15 au 18 juin 2022. 4004 personnes ont été interrogées, constituant un échantillon national représentatif de la population française, inscrite sur les listes électorales, âgée de 18 ans et plus.

Dans la même thématique

ILLUSTRATION : Carte Electorale
4min

Politique

Elections européennes 2024 : comment se déroule le scrutin ?

Tous les citoyens des pays de l’Union Européenne ne votent pas au même moment. Du 6 au 9 juin, ils se rendront aux urnes pour élire 720 députés au Parlement européen. Public Sénat vous explique tout sur ce scrutin, essentiel pour l’avenir de l’Europe.

Le

Belgium Europe Migration
7min

Politique

Parlement européen : quels sont les grands textes adoptés depuis 2019 ?

Entre le Covid et la guerre en Ukraine, la mandature 2019-2024 a dû subir et réagir à de grands bouleversements. Pacte vert, plan de relance, sanctions à l’égard de la Russie ou encore soutien à l’Ukraine… A l’aube du renouvellement du Parlement européen, retour sur les grands dossiers adoptés ces 5 dernières années au Parlement européen.

Le

FRANCE–EUROPEAN PARLIAMENT-ELECTION
14min

Politique

Européennes 2024 : tout savoir sur les « petites » listes

A côté des grosses machines électorales, elles existent difficilement dans les médias traditionnels, misant plutôt sur les réseaux sociaux. Entre une flopée de listes écologistes, des listes souverainistes et des micros partis, tour d’horizon de ces listes qui devraient avoir le plus grand mal à avoir des eurodéputés, mais dont la présence est loin d’être neutre pour le scrutin du 9 juin.

Le