Républicains: le député Fasquelle candidat à la présidence

Républicains: le député Fasquelle candidat à la présidence

Le député LR du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a annoncé samedi dans Le Parisien sa candidature à la présidence des Républicains ...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le député LR du Pas-de-Calais Daniel Fasquelle a annoncé samedi dans Le Parisien sa candidature à la présidence des Républicains (LR), face au favori Laurent Wauquiez, pour "redonner une envie de droite au Français".

"Oui je suis candidat à la présidence des Républicain. Pour porter un projet avec une équipe autour de moi et avec la volonté de profondément refonder le parti", explique le trésorier des Républicains. "Je veux redonner une envie de droite aux Français".

"Après avoir redressé les comptes je veux redresser le parti", poursuit-il. On s'est trop perdu dans nos divisions. Il faut remettre les militants au coeur de notre famille, et surtout donner une autre image de la droite aux Français".

"Je ne suis candidat contre personne, je veux rassembler toutes les droites", assure le député, qui estime qu'il faut "déconnecter la question de la présidence du parti et l'élection de 2022. Le parti ne doit pas être une écurie présidentielle", dit-il.

S'il est élu à la tête des Républicains, il se fixe "deux ans et demi" pour "reconstruire la droite". "Je remettrai alors mon mandat en jeu", précise le député, qui a lancé le mouvement "Sauvons la droite".

Daniel Fasquelle présentera ses propositions ce samedi au campus des jeunes Républicains du Touquet (Pas-de-Calais), ville dont il est le député et dont il a été le maire. Il promet, une fois élu, de lancer "une grande consultation de nos militants pour redéfinir le socle commun de la droite", son "premier chantier".

Il souhaite également créer "un statut de sympathisant, sans cotisation", qui ne permettra pas de voter au sein des instances officielles, et vise le chiffre de "500.000 pour la fin 2018". Il veut aussi créer une "fondation", pour "travailler sur des sujets de fond", comme "l'Europe, la laïcité, le marché du travail, etc.". Elle serait distincte du parti, "avec son propre système de financement", et pourrait louer "une partie des locaux du siège", qui est "devenu trop grand".

Le vice-président du parti Laurent Wauquiez fait figure de favori de l'élection (10-17 décembre), bien que n'ayant pas encore officialisé sa candidature. Xavier Bertrand et Valérie Pécresse notamment ont renoncé à concourir, tout en accusant M. Wauquiez de courir après l'extrême droite

Dans la même thématique

Deplacement du Premier Ministre a Viry-Chatillon
7min

Politique

Violence des mineurs : le détail des propositions de Gabriel Attal pour un « sursaut d’autorité »

En visite officielle à Viry-Châtillon ce jeudi 18 avril, le Premier ministre a énuméré plusieurs annonces pour « renouer avec les adolescents et juguler la violence ». Le chef du gouvernement a ainsi ouvert 8 semaines de « travail collectif » sur ces questions afin de réfléchir à des sanctions pour les parents, l’excuse de minorité ou l’addiction aux écrans.

Le

Turin – Marifiori Automotive Park 2003, Italy – 10 Apr 2024
6min

Politique

Au Sénat, la rémunération de 36,5 millions d’euros de Carlos Tavares fait grincer des dents. La gauche veut légiférer.

Les actionnaires de Stellantis ont validé mardi 16 avril une rémunération annuelle à hauteur de 36,5 millions d’euros pour le directeur général de l’entreprise Carlos Tavares. Si les sénateurs de tous bords s’émeuvent d’un montant démesuré, la gauche souhaite légiférer pour limiter les écarts de salaires dans l’entreprise.

Le