Responsabilité pénale: Yaël Braun-Pivet se défend d’avoir voulu légiférer sous le coup de l’émotion

Responsabilité pénale: Yaël Braun-Pivet se défend d’avoir voulu légiférer sous le coup de l’émotion

Présidente de la commission des lois à l’Assemblée nationale, Yaël Braun-Pivet a défendu vendredi dans « Parlement Hebdo » la réforme de l’irresponsabilité pénale, qui introduit des mesures d’exception liées à la prise de stupéfiants. Pour la députée, ces dispositions ne remettent pas en cause les principes clefs du droit pénal français.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

L’Assemblée nationale a adopté jeudi, en première lecture, le projet de loi « responsabilité pénale », écrit en réaction à l’affaire Sarah Halimi. L’absence de procès pour le meurtrier de cette femme juive avait suscité au printemps dernier une vive émotion à travers le pays, la cour de cassation ayant conclu à l’irresponsabilité pénale du suspect en raison d’un manque de discernement, attribué par les experts à une prise de psychotropes. Le texte adopté par les députés introduit une exception au principe d’irresponsabilité pénale, en l’occurrence lorsqu’une personne a volontairement consommé des produits psychoactifs avant de passer à l’acte.

Cette réforme, adoptée en amont, aurait-elle permis d’obtenir la condamnation du meurtrier de Sarah Halimi ? « On ne peut jamais, en justice, avoir de certitude sur l’issue d’un procès pénal, et c’est heureux parce qu’on est sur de la matière humaine », a répondu Yaël Braun-Pivet, députée LREM et présidente de la commission des lois, vendredi au micro de « Parlement Hebdo » sur Public Sénat et LCP. « Nous faisons le droit, nous écrivons la loi et les juges sont chargés de l’appliquer. Les juges dans une démocratie jugent en fonction d’une situation particulière et des éléments du dossier », insiste l’élue. « Il n’y a rien d’automatique ».

Elle n’exclut pas que d’autres affaires de ce type puissent, à l’avenir, poser problème et susciter à nouveau de vifs débats, notamment entre experts psychiatriques et magistrats. Ne serait-ce que pour prouver l’intention dans la prise de psychotrope. « Mais les débats ne sont jamais vains. C’est cela une démocratie : débattre entre experts, entre juges ! »

« Nous avons conservé la structure de notre droit pénal »

À ceux qui accusent le gouvernement d’avoir légiféré sous le coup de l’émotion, Yaël Braun-Pivet assure que les réactions soulevées par cette affaire ont permis de faire la lumière sur une faille importante du droit. « La législation est ancrée dans la réalité, vous ne légiférez pas en étant hors-sol, en étant sur de la théorie. Là nous avions une affaire qui était absolument abominable. Le jugement a suscité dans le pays une émotion considérable. Les juges de la cour de cassation nous ont expliqué avoir été obligés de juger de la sorte car il y avait un trou dans la raquette ».

Elle réfute également l’argument selon lequel ce texte introduirait un déséquilibre dans l’édifice pénal français, brouillant le principe selon lequel « on ne juge pas les fous ». « Les dispositions que nous avons créées sont bonnes, dans le sens où nous créons une intention autonome », insiste-t-elle. « Nous avons conservé la structure de notre droit pénal qui fait que l’on ne juge pas quelqu’un considéré par des experts psychiatres comme ayant un jugement aboli ! »

Dans la même thématique

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Responsabilité pénale: Yaël Braun-Pivet se défend d’avoir voulu légiférer sous le coup de l’émotion
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le

Paris: Jordan Bardella  debate with France’s Prime Minister Gabriel Attal
5min

Politique

Sondage : après son débat avec Attal, Bardella au plus haut à 34% d’intentions de vote, Hayer recule encore

L’avance considérable prise par la tête de liste RN sur ses autres concurrents pour les élections européennes du 9 juin prochain se confirme dans le dernier relevé du baromètre d’Odoxa, réalisé par Mascaret* pour Public Sénat et la presse quotidienne régionale. Cette enquête d’opinion a été réalisée après le débat qui a opposé Jordan Bardella au Premier ministre Gabriel Attal le 23 mai. Dans le même temps, la majorité présidentielle continue de perdre du terrain dans les intentions de vote.

Le