Retailleau: “2F Conseil” de Fillon n’a pas eu de clients russes

Retailleau: “2F Conseil” de Fillon n’a pas eu de clients russes

La société de conseil "2F Conseil" de François Fillon n'a pas eu de clients russes, a assuré mardi Bruno Retailleau, coordinateur...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

La société de conseil "2F Conseil" de François Fillon n'a pas eu de clients russes, a assuré mardi Bruno Retailleau, coordinateur de sa campagne pour l'élection présidentielle.

"Je l'ai questionné parce que il y a 15 jours le bruit courait que c'était même l'Etat russe, il m'a dit +Ecoute il n'y a pas une société russe, il n'y a pas un groupe russe, il n'y a pas l'Etat russe+, les choses sont claires", a déclaré M. Retailleau sur BFMTV et RMC

"Non, rien avec la Russie", a encore affirmé M. Retailleau. Pas de clients russes ? "Non", a-t-il répondu, fustigeant une "fausse rumeur". "Ce n'est pas M. Poutine", a-t-il glissé.

Aux prises avec les accusations d'emplois fictifs de son épouse, François Fillon fait aussi l'objet d'attaques de ses adversaires politiques sur sa société de conseil "2F Conseil", créée en 2012 au sortir de Matignon. Selon des révélations du Canard enchaîné, cette société lui aurait permis de toucher 757.000 euros de salaire net depuis cette date.

"Vous savez que ce qui circule, c'est que François Fillon aurait travaillé pour des sociétés russes - je ne sais pas si c'est vrai, mais c'est ce qui circule-", avait notamment affirmé Yanick Jadot, le candidat EELV à la présidentielle, lundi sur BFMTV et RMC. Il demandait à François Fillon de révéler le nom de ses clients.

"Ces informations là, l'Etat, le fisc les a", a fait valoir M. Retailleau mardi. "Les choses ont été parfaitement transparentes, déclarées à la Haute autorité", a-t-il souligné, ajoutant que la publication des noms des clients peut les "gêner" et que cette information leur "appartient" aussi.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retailleau: “2F Conseil” de Fillon n’a pas eu de clients russes
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le