Retailleau (LR) défend la “droite Trocadéro” contre celle qui “retourne sa veste”

Retailleau (LR) défend la “droite Trocadéro” contre celle qui “retourne sa veste”

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, a dit mercredi sa "fierté" envers la "droite Trocadéro", pour...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Bruno Retailleau, président du groupe Les Républicains au Sénat, a dit mercredi sa "fierté" envers la "droite Trocadéro", pour qui "une conviction n'a pas de prix", brocardant en retour Édouard Philippe et la droite qui "retourne sa veste".

Le Premier ministre a évoqué la "reconstruction" de "la droite du Trocadéro" en référence à un meeting de François Fillon lors de la présidentielle de 2017 qui avait réuni ses soutiens indéfectibles. Il avait ajouté que "c'est une droite qui se paie de mots".

"Je pense que ce mot-là dans sa bouche, c'était une insulte". "C'est pour moi plutôt une fierté", a expliqué M. Retailleau sur franceinfo.

"Je préfère cette droite qui est une droite populaire, fière de ses valeurs, qui considère qu'une conviction, ça n'a pas de prix, à une forme de droite qui change de maillot au cours du match pour aller rejoindre le camp adverse. Quand on retourne sa veste, on ne se pousse pas du col", a lancé le sénateur de Vendée.

"La droite Trocadéro, en réalité, c'est le nom d'un mensonge. J'étais au contact de la foule qui était là (en mars 2017, NDLR). Croyez-moi: cette foule là, ce n'était pas le 16e arrondissement de Paris. C'était la foule des provinces de France", a expliqué l'ancien proche soutien de François Fillon.

"Et il y a eu une forme de caricature, qui avait d'ailleurs été lancée par Mme Hidalgo puisque quelques jours avant elle demandait au ministère de l'Intérieur d'interdire la manifestation puisque des hordes de droite allaient déferler sur Paris. C'était parfaitement calme", a-t-il ajouté.

Par ailleurs, M. Retailleau a estimé que la polémique nourrie par la majorité sur le rôle supposé de l'ancien conseiller de Donald Trump Steve Bannon dans la campagne du Rassemblement national était "un expédient qui permet de détourner les Français des véritables enjeux des européennes".

"On a tout fait, notamment M. Macron, pour écraser cette campagne. D'abord en étirant en longueur le grand débat. Ensuite on a bien vu que sa candidate, Mme Loiseau, n'a dévoilé le projet qu'une quinzaine de jours avant" le vote.

"Tout a été fait pour voler aux Français cette campagne, la réduire entre une position binaire entre Mme Le Pen et M. Macron". "On a une campagne à nouveau escamotée, et on est en train de préparer le grand malaise démocratique pour demain", a-t-il dit.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retailleau (LR) défend la “droite Trocadéro” contre celle qui “retourne sa veste”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le