Retard dans la vaccination : interpellé, Jean Castex appelle le Sénat à « calmer le jeu »

Retard dans la vaccination : interpellé, Jean Castex appelle le Sénat à « calmer le jeu »

Interpellé à deux reprises sur le défaut d’anticipation de la stratégie vaccinale, le Premier ministre, Jean Castex s’est âprement défendu lors des questions d’actualité au gouvernement. Il appelle à cesser « l’autoflagellation ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Pour cette nouvelle année et la reprise des questions d’actualité au gouvernement du Sénat, les parlementaires n’ont pas épargné le Premier ministre. La question du retard pris dans la vaccination contre le Covid-19 est bien sûr dans toutes les têtes. La sénatrice communiste, Laurence Cohen puis le patron du groupe PS du Sénat, Patrick Kanner ont pointé le manque d’anticipation du gouvernement comme ce fut le cas, selon eux, avec l’approvisionnement en masque ou en tests l’année dernière.

« La France n’a pas à rougir de sa stratégie globale »

Pas de quoi troubler le Premier ministre qui après avoir adressé ses vœux aux parlementaires est rentré dans le vif du sujet. « La France n’a pas à rougir de sa stratégie globale contre cette pandémie » a-t-il démarré sous le brouhaha des élus, avant de poursuivre : « La vérité, c’est que la France est parmi les pays d’Europe qui testent le plus et le mieux. Nous avons des résultats pour 84 % des tests en moins de 24 heures […] Nous avons les taux d’incidence les plus bas d’Europe, les taux de positivité parmi les moins élevés d’Europe. Nous avons confiné avant les autres, certes sans l’accord du Sénat, et nous en avons tiré bénéfice tout en préservant Noël et l’activité au mois de décembre » a-t-il martelé.

« Nous sommes ici dans la chambre de la sérénité »

Dans un hémicycle inhabituellement bruyant, Jean Castex enchaîne : « Je ne vous demande pas de cesser de critiquer le gouvernement ou de le contrôler, c’est votre rôle. Mais ne nous autoflagellons pas […] Tout ne va pas bien sûrement. Mais dans quels pays tout va bien ? Vous voudrez bien nous les indiquer et nous nous y rendrons […] A un moment calmons le jeu. Nous sommes ici dans la chambre de la sérénité ».

En ce qui concerne la stratégie vaccinale, « elle n’a pas changé » a-t-il assuré, rappelant qu’elle consistait à vacciner en priorité les plus fragiles. « On a commencé par le plus difficile […] vous savez très bien que pour recueillir le consentement des résidents en Ehpad, il faut prendre des précautions […] On ne juge pas un match qui va durer 90 minutes à la deuxième seconde. Ça n’est pas possible ».

Après avoir souligné les difficultés logistiques liées aux conditions de conservation des vaccins, le Premier ministre a reconnu que le calendrier avait été anticipé à la demande du président de la République, notamment avec l’ouverture à la vaccination des personnes âgées de plus de 75 ans qui ne résident pas en Ehpad. « L’honnêteté commande de vous dire que cette vaccination prendra plusieurs semaines. Ils sont plusieurs millions, 5 exactement. Donc ce ne sera pas la peine de nous interpeller en nous disant : comment ? la première semaine, vous n’avez pas vacciné 5 millions de personnes ? » a-t-il déminé. ​​​​​​

Dans la même thématique

Retard dans la vaccination : interpellé, Jean Castex appelle le Sénat à « calmer le jeu »
8min

Politique

Encadrement des cabinets de conseil : le Sénat « revient à l’esprit de la commission d’enquête » en deuxième lecture

Les sénateurs ont adopté à l’unanimité en deuxième lecture la proposition de loi, née en 2022 des préconisations de leur commission d’enquête sur l’influence des cabinets de conseil dans les politiques publiques. Ils ont rétabli plusieurs « ambitions » du texte initial, contre l’avis du gouvernement, tout en acceptant certaines rédactions de compromis avec les députés.

Le

Paris: Candidates for the upcoming European elections taking part in a debate hosted by BFMTV
5min

Politique

Immigration, économie, institutions : que propose le Rassemblement national dans son programme pour les élections européennes ?

Largement en tête des sondages, le parti de Jordan Bardella ne prône plus officiellement une sortie de l’Union européenne, pierre angulaire du programme présidentiel de Marine Le Pen jusqu’en 2017. Mais, avec un slogan plus consensuel, la feuille de route du Rassemblement national s’oppose toujours à bon nombre des compétences de Bruxelles, au nom de la souveraineté nationale.

Le

Retard dans la vaccination : interpellé, Jean Castex appelle le Sénat à « calmer le jeu »
3min

Politique

Européennes : L’Europe est « une foire d’empoigne entre brigands, créée par et pour les intérêts des capitalistes », dénonce Nathalie Arthaud

Tête de liste Lutte Ouvrière (LO), deux ans après avoir récolté 0.56% à la dernière élection présidentielle, l’enseignante en sciences économiques et sociales a dénoncé, au micro de Public Sénat, la « rapacité patronale », et sa volonté de « combattre cette société capitaliste, qui nous mène de crise en crise et de guerre en guerre ».

Le