Retraite à 1200 euros : le gouvernement revoit à la baisse le nombre de bénéficiaires

Retraite à 1200 euros : le gouvernement revoit à la baisse le nombre de bénéficiaires

Olivier Dussopt a encore revu ses estimations à la baisse ce mardi sur la fameuse « retraite à 1200 euros » qui semble concerner de moins en moins de monde. Retour sur les changements de pied du gouvernement sur le sujet, alors que les chiffres des retraités qui verront effectivement leur pension atteindre 85 % du SMIC net se précisent.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

5 min

Publié le

Mis à jour le

Le 10 janvier dernier le député Karl Olive parlait de « 2 millions des 5 millions de retraités [qui] ne bénéficient pas des 1200 euros de pension minimale », et qui arriveraient à ce niveau de pension réforme des retraites portée par Élisabeth Borne.

Quelques semaines plus tard, le moins que l’on puisse dire, c’est que le gouvernement a revu ses ambitions à la baisse. D’après les derniers chiffres transmis par Olivier Dussopt au député socialiste Jérôme Guedj, qui l’avait interpellé en séance, « entre 10 000 et 20 000 personnes franchiront le seuil des 1200 euros par cette seule mesure » tous les ans. Retour sur une communication chaotique du gouvernement sur le nombre précis de bénéficiaires de la mesure.


Retraités actuels : 1,8 million revalorisés, mais seulement 250 000 atteindront 1200 euros

Déjà, il faut différencier les retraités actuels qui bénéficieront d’une revalorisation du minimum contributif (le stock) des nouveaux retraités qui, tous les ans, verraient leurs pensions revalorisées (le flux).

En stock, le gouvernement a toujours évalué à 1,8 million – c’était précisé dans l’étude d’impact – le nombre de retraités qui verraient leurs pensions revalorisées, pour 5 millions de retraités qui touchent actuellement moins de 85 % du SMIC net, soit environ 1200 euros par mois. Ce sont, arrondis, les « 2 millions » dont parle le député Karl Olive. Le problème, c’est que, parmi ces 1,8 million de retraités, beaucoup n’atteindront pas la fameuse barre des 1200 euros par mois, qui nécessiterait une revalorisation de 100 euros. Or, l’étude d’impact du gouvernement elle-même précisait que la revalorisation serait comprise entre 0 et 100 euros, pour 57 euros de moyenne.

Au moment de la présentation du projet de loi, on ne connaissait pas la proportion exacte des pensions qui atteindraient effectivement 1200 euros une fois revalorisées. « Environ 1,8 million de nos concitoyens bénéficieront d’une revalorisation de leur pension. Parmi eux, 250 000 dépasseront le seuil de 85 % du SMIC net et 125 000 auront un gain de + 100 euros par mois », a précisé le ministre du Travail dans son courrier adressé à Jérôme Guedj. La revalorisation des petites pensions à hauteur de 1200 euros concernera donc finalement 1,5 % des retraités actuels, et 5 % des retraités qui gagnent aujourd’hui moins de 85 % du SMIC net. Au total, 12 % des retraités actuels et un gros tiers des retraités gagnant moins de 1200 euros par mois verront leur pension revalorisée d’un montant allant de 0 à 100 euros par mois.

Futurs retraités : 2,5 % des nouveaux retraités par an revalorisés à 1200 euros

Concernant le « flux » de nouveaux retraités chaque année. Actuellement, tous les ans, une cohorte d’environ 800 000 personnes liquident leurs pensions. Là aussi, le gouvernement a commencé par annoncer, dans son étude d’impact, que 180 000 à 200 000 personnes verraient leurs pensions revalorisées tous les ans grâce à « la retraite à 1200 euros. » Seulement, cette revalorisation – d’après l’étude d’impact elle-même – serait d’environ 33 euros par mois, un chiffre qui ne permet a priori pas d’atteindre les fameux 85 % du SMIC.

Poussé dans ses retranchements en séance à l’Assemblée nationale, Olivier Dussopt avait expliqué qu’il ne disposait pas des chiffres précis de nouveaux retraités qui toucheraient effectivement 1200 euros par mois, évoquant « quelques dizaines de milliers de personnes » par an. « Je n’ai pas à rendre de compte ni sur les canaux si sur la manière dont je fais mes prévisions », avait même fini par lâcher le ministre. Le lendemain, sur France Inter, le ministre du Travail annonce que « 40 000 personnes de plus chaque année passeront le cap des 85 % du Smic » parmi les nouveaux retraités.

Une annonce qui surprend Jérôme Guedj. Le député socialiste a donc rendu une visite inopinée aux services statistiques du ministère du Travail (la Dares), en tant que coprésident de la mission d’évaluation et de contrôle des lois de financement de la sécurité sociale, qui n’ont pas pu lui confirmer le chiffre avancé par Olivier Dussopt. Fin du feuilleton ce mardi, avec ce courrier du ministre du Travail qui fait finalement état de « 10 000 à 20 000 personnes » qui « franchiront le seuil des 1200 euros par cette seule mesure », soit entre 1,25 et 2,5 % des retraités chaque année qui dépasseront 1200 euros brut grâce à la revalorisation prévue par le gouvernement. Dans le même courrier, le ministre du Travail rappelle son estimation initiale de 200 000 nouveaux retraités tous les ans qui verront leur pension revalorisée, soit « un départ à la retraite sur quatre. »

Sur BFM TV, Olivier Véran a précisé que ce seront bien 40 000 Français supplémentaires chaque année qui bénéficieront de 1200 euros par mois, mais que ce serait du fait de la réforme des retraites seulement pour « à peine la moitié d’entre eux. » Pour le reste, c’est la revalorisation des pensions de retraite liée à l’inflation qui porterait les pensions de certains à 1200 euros.

Des prévisions initiales qui concernaient l’ensemble des revalorisations, pas le montant de 1200 euros

Que ce soit au niveau du stock ou du flux, le gouvernement a donc divisé environ par 10 le nombre de bénéficiaires de la retraite à 1200 euros, respectivement de 2 millions à 250 000 pour les retraités actuels et de 200 000 à 20 000 pour chaque génération de futurs retraités. Les chiffres initiaux concernant plutôt le nombre de retraités revalorisés au total, peu importe le montant, sans que cela amène effectivement les pensions à 85 % du SMIC net.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le