Retraite à 65 ans : « Il n’est pas réaliste de faire travailler des gens plus longtemps, quand beaucoup sont au chômage », s’agace Éric Coquerel

Retraite à 65 ans : « Il n’est pas réaliste de faire travailler des gens plus longtemps, quand beaucoup sont au chômage », s’agace Éric Coquerel

Invité lundi de notre matinale, le député insoumis Éric Coquerel a fustigé l’une des propositions phares du candidat Macron : le relèvement progressif de l’âge légal de départ à la retraite à 65 ans. Il estime qu’une loi d’égalité salariale homme-femme et la suppression de certaines exonérations permettraient de revenir à 60 ans, tout en équilibrant le système.
Romain David

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Le candidat Emmanuel Macron veut porter progressivement l’âge de départ à la retraite à 65 ans. Un seuil qui pourrait toutefois ne pas s’appliquer à tous les travailleurs, le président de la République a en effet indiqué vouloir « repenser les carrières longues » et « regarder la réalité des métiers et des tâches de la façon la plus individuelle possible ». Il n’empêche, la proposition soulève l’opposition de la gauche. « Il faut revenir à 60 ans », a plaidé le député France insoumise Éric Coquerel lundi matin, dans « Bonjour chez Vous » sur Public Sénat. « Nous sommes pour revenir à ce qui a été l’une des grandes conquêtes du début des années 1980 », explique cet élu, alors que l’âge légal de départ a été fixé à 62 ans après la réforme de 2011.

« Il n’est pas réaliste de continuer à vouloir faire travailler des gens plus longtemps, alors que beaucoup sont au chômage », poursuit Éric Coquerel. « Il n’est pas réaliste, quand vous avez encore 6 millions de chômeurs dans ce pays, de forcer les gens à travailler jusqu’à un âge souvent beaucoup trop avancé pour les métiers qui sont les leurs, et d’avoir des jeunes au chômage », s’agace-t-il. « En rallongeant l’âge du travail, progressivement, l’espérance de vie est en train de diminuer », pointe encore ce proche de Jean-Luc Mélenchon. « Ce sont les statistiques qui le disent ».

Equilibrer les comptes

La réforme des retraites faisait partie des promesses de campagne du candidat Macron en 2017. À l’époque, il s’était engagé à supprimer les régimes spéciaux sans toucher à l’âge de départ. Finalement, la réforme a été interrompue par la pandémie de covid-19. Désormais, l’exécutif défend un report de l’âge l’égal, arguant de la dégradation des perspectives financières du système de retraites après deux ans de crise. Un argument que conteste Éric Coquerel. « Le Conseil d’orientation des retraites dit qu’il va y avoir un problème jusqu’en 2042, après les choses s’équilibrent. D’ici là, y aura un déficit de trois milliards d’euros à trouver par an », admet l’élu.

« Vous faites une loi d’égalité salariale homme-femme, rien que ça, ça vous fait 5 milliards de cotisations plus », plaide-t-il. « Il y a 52 milliards d’exonérations chaque année pour les cotisations imposées par l’Etat. On va peut-être en récupérer un peu, et vous allez voir que les cotisations vont vite s’équilibrer ! », ajoute-t-il.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le