Retraite: “l’âge pivot n’est pas un totem”, selon Blanquer

Retraite: “l’âge pivot n’est pas un totem”, selon Blanquer

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a estimé dimanche que l'âge pivot à 64 ans pour la retraite n'était pas...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le ministre de l'Education nationale Jean-Michel Blanquer a estimé dimanche que l'âge pivot à 64 ans pour la retraite n'était pas un "totem" de la réforme soulignant que "tout se discutait".

En dévoilant son projet de réforme des retraites mercredi, le Premier ministre Edouard Philippe a annoncé que le gouvernement souhaitait reculer l'âge de départ à la retraite, avec un âge pivot fixé à 64 ans à partir de 2027, afin d'équilibrer financièrement le système. Une "ligne rouge" pour les syndicats, y compris la CFDT, qui rejettent en bloc cette idée.

"L'âge pivot n'est pas le totem de la réforme. Le fondamental de la réforme c'est la retraite à points et le fait d'arriver à plus d'égalité plus de justice entre tous les Français", a expliqué sur RTL le ministre de l'Education.

"La question de l'âge pivot est un des moyens, un chemin que propose le gouvernement" mais "tout se discute" et "la porte est ouverte", a-t-il ajouté.

Le gouvernement tente depuis jeudi de faire revenir à la table des négociations la CFDT, très hostile à "l'âge d'équilibre" (ou âge pivot), dont l'instauration progressive a été annoncée par le Premier ministre Edouard Philippe, pour atteindre 64 ans en 2027, avec un système de bonus/malus.

Plusieurs membres du gouvernement ont depuis souligné que les négociations restaient ouvertes, comme la secrétaire d'Etat auprès du ministre de l'Economie, Agnès Pannier-Runacher, qui a jugé samedi que l'âge pivot était "négociable".

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le