Retraites: “aucun gréviste ne peut aujourd’hui se sentir humilié”, estime Le Gendre (LREM)

Retraites: “aucun gréviste ne peut aujourd’hui se sentir humilié”, estime Le Gendre (LREM)

Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre "croit" que le conflit sur la réforme des retraites touche à...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Le président du groupe LREM à l'Assemblée nationale Gilles Le Gendre "croit" que le conflit sur la réforme des retraites touche à sa fin et estime "qu'aucun gréviste ne peut aujourd'hui se sentir humilié par la manière dont se conclut ce conflit".

"Je le crois et je le souhaite", a répondu mardi sur France 2 le député de Paris à une question sur la fin de ce conflit social qui dure maintenant depuis 41 jours.

"Je le crois parce que je vois les trains, les métros qui recommencent à fonctionner et je le souhaite parce que (...) tous les éléments sont en place pour que cette grève" se termine "et notamment le fait qu'aucun gréviste ne peut aujourd'hui se sentir humilié par la manière dont se conclut ce conflit", a-t-il argumenté.

Même ceux qui demandent encore le retrait de la réforme? "C'était une revendication excessive jusqu'au-boutiste, mais ça ne veut pas dire qu'ils n'ont rien obtenu", a assuré M. Le Gendre.

"A la SNCF à la RATP, ils n'ont pas obtenu une chose, c'est la fin des régimes spéciaux (...), en revanche, des négociations ont eu lieu dans chacune de ces entreprises pour que la convergence vers ce régime universel (...) se fasse de façon progressive et qu'aucun des salariés aujourd'hui, de la SNCF ou de la RATP n'ait à perdre dans cette réforme, cette garantie, elle leur est accordée", a-t-il expliqué.

Le patron des députés LREM estime aussi que grâce au retrait provisoire de l'âge pivot, la discussion au Parlement sera "facile" au sein de la majorité parce que "nous allons nous engager dans une réforme qui est assise sur un accord politique solide, important".

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le