Retraites : « Aurélien Pradié se trompe de famille politique », tacle Bruno Retailleau

Retraites : « Aurélien Pradié se trompe de famille politique », tacle Bruno Retailleau

La passe d’armes continue entre le patron des sénateurs LR, Bruno Retailleau et le député du Lot, Aurélien Pradié. Ce dernier ne cesse de manifester son opposition à la réforme des retraites quitte à égratigner son propre camp. Personnellement visé, Bruno Retailleau l’a sérieusement rappelé à l’ordre. S’il ne vote pas le texte, « ça posera un énorme problème ».
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« Je dis à Bruno Retailleau comme à mes autres amis, le courage politique ce n’est pas de vouloir faire du mal aux Français, c’est de les respecter ». Dans la matinale de Public Sénat, mardi, Aurélien Pradié n’avait pas été tendre avec les sénateurs LR qui soutiennent l’esprit et les principales dispositions de la réforme des retraites du gouvernement.

Le numéro 3 du parti refuse, lui, tout compromis tant que son amendement visant à permettre aux personnes ayant commencé à travailler entre 20 et 21 ans de partir à la retraite à 63 ans, ne sera pas adopté.

« Nous, on n’est pas la gauche. On est la droite »

« Je pense qu’il se trompe. Il se trompe peut-être aussi de famille politique », a tancé Bruno Retailleau au micro de Public Sénat.  « Nous, on n’est pas la gauche. On est la droite. Notre ADN, ça a toujours été le courage, la vérité. Et la vérité, ce n’est pas de dire aux Français ce qu’ils veulent absolument entendre. Mais de dire que parce qu’on a de plus en plus de retraités et de moins en moins de jeunes, de cotisants, on va accumuler, sur 10 ans, plus de 150 milliards d’euros, on va mettre en l’air notre modèle social », a-t-il ajouté.

« S’il ne le vote pas, ça posera un énorme problème pour notre famille politique »

Le sénateur de Vendée a également rappelé qu’Aurélien Pradié « réclamait il y a encore 2 mois, quarante-cinq annuités et maintenant il est passé à quarante-trois. Où est la logique ? Où est la cohérence ? »

En conclusion, le patron des sénateurs LR adresse un avertissement au secrétaire général de son parti. « Je fais le pari qu’après cette scénographie, il vote le texte. S’il ne le vote pas, ça posera un énorme problème pour notre famille politique. Vis-à-vis de l’équipe dirigeante, ça posera un vrai souci », conclut-il.

Aurélien Pradié est prévenu, s’il ne rentre pas dans le rang, il peut dire adieu à son poste de secrétaire général des Républicains.

 

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le