Retraites: cortèges clairsemés à Paris et en province contre le recours au 49-3

Retraites: cortèges clairsemés à Paris et en province contre le recours au 49-3

"49-3 ou pas, on n'en veut pas": quelques milliers d'opposants à la réforme des retraites ont manifesté mardi à Paris et en...
Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

"49-3 ou pas, on n'en veut pas": quelques milliers d'opposants à la réforme des retraites ont manifesté mardi à Paris et en province contre la probable adoption du projet de loi en première lecture à l'Assemblée nationale dans la soirée.

A Paris, le cortège clairsemé, de 20.000 personnes selon les syndicats, a relié la place de la République à la Madeleine, à l'appel de l'intersyndicale formée par la CGT, Force ouvrière, la FSU, Solidaires et quatre organisations de jeunesse.

"Coronavirus, la fièvre monte à 49-3", "on ira jusqu'au retrait", "grèves, blocages, Macron dégage", "les jeunes dans les galères, les vieux dans la misère, de cette société-là, on n'en veut pas", entendait-on comme slogans.

Quelques dizaines de jeunes militants anarchistes s'étaient placés en amont du cortège au cri de "la rue est à nous".

"Les gens ont été pris de court, comme le gouvernement a cherché à prendre de court l'ensemble des Français en fin d'après-midi un samedi [en annonçant le recours au 49-3], alors que la France est polarisée sur le coronavirus. Ça nous a obligés à réagir vite, évidemment ça ne laisse pas beaucoup de temps pour se mettre en grève", a commenté Catherine Perret (CGT).

L'intersyndicale avait programmé une journée d'action le 31 mars mais a décidé en urgence d'une autre manifestation ce mardi pour réagir à l'utilisation de l'article 49-3 de la Constitution qui permet au gouvernement de faire adopter le texte sans vote, sauf s'il est renversé par une motion de censure.

"Tout le monde a été pris de court samedi lorsqu'on a découvert par hasard, subrepticement, cette décision absolument incompréhensible. L'appel au 31 mars demeure mais on n'aurait pas pu rester l'arme au pied dans ce contexte", a commenté Yves Veyrier (FO).

"Avant le 31 mars, il va falloir continuer à faire des actions (...). Il y a une colère très grande et un sentiment d'impuissance chez les salariés, un sentiment de mépris très grand, de déni de démocratie", a jugé Benoît Teste (FSU).

D'autres défilés ont eu lieu en province. A Lille, quelque 400 personnes, selon l'AFP, se sont rassemblées dans le centre-ville.

"Pour une question aussi essentielle, on pouvait imaginer quatre mois de discussions ! Il n'y a rien qui justifie cet empressement", a dénoncé Gérard, 60 ans, cadre au conseil régional des Hauts-de-France.

A Rennes, 80 avocats (sur les 900 que compte le barreau) ont défilé dans les rues du centre-ville à l'occasion d'une "marche funèbre", en portant un cercueil et une couronne "A notre justice bien-aimée".

"Si la réforme des retraites passe, les avocats qui font la justice du quotidien, mettront la clé sous la porte", a prévenu Me Hélène Laudic-Baron, bâtonnière de Rennes.

A Bordeaux, ils étaient un petit millier devant la préfecture. Quelques-uns avaient même pris des précautions contre un certain "virus", comme Jean-Marc qui arborait un masque chirurgical marqué à l'encre rouge des chiffres de la discorde: 49.3.

A Marseille, plusieurs milliers d'opposants à la réforme ont défilé dans la matinée, dont le secrétaire général de la CGT Philippe Martinez.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le