Retraites des sénateurs : « C’est un système avantageux » reconnaît Gérard Larcher

Retraites des sénateurs : « C’est un système avantageux » reconnaît Gérard Larcher

Lors d’une conférence de presse devant l’association de la presse parlementaire, interrogé sur le régime de retraite des sénateurs, Gérard Larcher a réaffirmé qu’il serait prochainement « adapté à la loi » tout en reconnaissant « qu’il était avantageux ».
Public Sénat

Par Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

« C’est un système avantageux aujourd’hui. Il faut dire les choses comme elles sont » a reconnu, ce jeudi, Gérard Larcher, interrogé sur le régime de retraite des sénateurs, brocardé depuis quelques semaines y compris par des députés de la majorité présidentielle. Le président du Sénat prend le soin de préciser que ce régime de retraite « se base sur une sur-cotisation des parlementaires. Nous payons 50% de plus que les députés (…) J’entends bien tout ce bashing mais je rappelle que la démocratie ça a un coût (..) le budget du Sénat c’est 325 millions. Nous devons des comptes aux Français. La démocratie c’est un peu moins de 5 euros par Français et par an ».

Comme il l’avait annoncé sur Public Sénat en décembre, Gérard Larcher a confirmé que les régimes de retraite des sénateurs et des fonctionnaires du Sénat seraient « bien entendu réformés ». « Nous aurons un régime systémique de base avec sans doute un régime complémentaire ».

Enfin, Gérard Larcher a souligné que les sénateurs « devaient être traités comme l’ensemble des Français ». « Nous avons une exigence de transparence ». Toutefois, cette réforme pilotée par un groupe de travail dans le cadre du bureau du Sénat ne se mettra en place qu’une fois le projet de loi de la réforme des retraites « connu » a rappelé, une nouvelle fois, Gérard Larcher

 

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le