Retraites : François Patriat fustige ceux qui « semaine après semaine manifestent sans proposer d’alternative »

01:54 Invité de la matinale de Public Sénat, François Patriat, le président du groupe RDPI-Renaissance au Sénat, salue la volonté du chef de l’Etat de tourner la page de la réforme des retraites. Il appelle l’exécutif à se pencher sur les sujets « du quotidien » pour renouer avec les réformes
Caroline Deschamps

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Un président accueilli sous les huées et les bruits de casseroles. Emmanuel Macron a essuyé les reproches d’une foule d’opposants à la réforme des retraites, en marge d’une visite d’entreprise à Sélestat, dans le Bas-Rhin. « Ce ne sont pas les casseroles qui feront avancer la France », a commenté le chef de l’Etat, qui a effectué son premier déplacement de terrain depuis la promulgation du texte. « Cette colère s’exprime, je ne m’attendais pas à autre chose mais elle ne m’empêchera pas de continuer à me déplacer », a ajouté le locataire de l’Elysée, attendu ce jeudi dans l’Hérault sur le thème de l’éducation.

« Depuis le début de la réforme des retraites je vois deux France, une France qui travaille tous les jours, qui ne manifeste pas, qui n’est pas dans la rue, qui sans doute n’est pas pour la réforme mais continue à faire avancer le pays. Et d’autres, qui semaine après semaine manifestent sans proposer d’alternative au retrait du texte », a réagi au micro de « Bonjour chez vous », François Patriat, le chef de file des sénateurs macronistes.

« Ce n’est pas la première fois que c’est difficile pour le président. J’ai fait la grande itinérance avec lui, des déplacements pendant les Gilets Jaunes, le grand débat… Cela n’était jamais facile », rapporte le président du groupe RDPI au sien de la Chambre Haute. « En l’occurrence, là, le président a raison. Il veut montrer qu’il peut sortir de l’Elysée. Imaginez, s’il ne sortait pas et que l’on dise : regardez, il est bunkérisé, il n’ose pas sortir, voilà un président prisonnier… », pointe l’élu.

« Dans une France tripartite, la dissolution n’apporterait pas de solution de gouvernement »

À présent, pour l’exécutif, se pose la question de la suite. Comment relancer le quinquennat et le train des réformes alors que la crise sociale ne retombe pas et que la scène politique reste très fracturée ? La droite ne donne pas de signes de vouloir passer un contrat de gouvernement avec nous. Il y a plusieurs scenarii possibles », explique François Patriat. « À partir du moment où le référendum n’intervient que sur des sujets de société, ce n’est pas la solution. Et dans une France tripartite, la dissolution n’apporterait pas de solution de gouvernement. »

« La seule solution, c’est d’avancer sur les sujets qui intéressent les Français », estime le sénateur de la Côte-d’Or. « Ce ne sont pas les grandes lois qui mettent en colère les gens, mais leur quotidien. Je ne connais pas un gouvernement qui a autant agi sur le quotidien depuis six ans. Il faut continuer. »

Réforme des retraites

Réforme des retraites

GARE MATABIAU
9min

Économie

À la SNCF, un accord atténue une partie de la réforme des retraites : un symbole pour la gauche, « une catastrophe » pour la droite

Les principaux syndicats de la SNCF et la direction du groupe ont signé un accord pour aménager les fins de carrière des cheminots et des contrôleurs. Il devrait notamment permettre de limiter l'impact du recul de l’âge légal de départ à la retraite, tel que prévu par la réforme de 2023. La gauche salue « une mesure de progrès ». À droite, Bruno Retailleau, le chef de file des sénateurs LR, déplore le « mauvais signal » envoyé dans un contexte budgétaire complexe.

Le

Paris: The senate vote on an amendment of a government plan to enshrine the “freedom” to have an abortion in the French Constitution
5min

Parlementaire

Réforme des retraites : le Sénat rejette la proposition d’abrogation

Alors que la gauche sénatoriale tentant de remettre sur le devant de la scène la question des retraites, le gouvernement a coupé l’herbe sous le pied des sénateurs en dégainant l’article 40 de la Constitution. En utilisant l’irrecevabilité financière, le gouvernement a écourté les débats.

Le

Dans la même thématique

Paris : Deux policiers blesses par balle comissariat 13 eme arrondissment
4min

Politique

Sécurité : que proposent les grands blocs politiques pour les élections législatives ?

Ce lundi 14 juin, la campagne pour les élections législatives s’est ouverte, et les programmes des principales forces politiques ont été dévoilés. La sécurité est au cœur du débat et suscite une attention tout particulière au sein de l’opinion publique. Petit aperçu des différentes propositions et promesses sur ce sujet clivant entre les partis.

Le

Rentree scolaire Ecole Primaire Maternelle Saint-Philippe a Nice
7min

Politique

Législatives anticipées : que proposent les trois blocs sur l’éducation ?

Après le pouvoir d’achat, la sécurité et l’immigration, l’éducation divise les différents candidats aux élections législatives. Si le programme gouvernemental sur l’école est bien connu, les deux autres blocs politiques en lice pour les élections législatives prônent des mesures radicalement opposées.

Le

Paris : Auditions au MEDEF
6min

Politique

Législatives : ces sénateurs tentés par la ligne Ciotti/Bardella

Depuis l’alliance annoncée entre Éric Ciotti et Jordan Bardella aux élections législatives, les sénateurs du groupe LR du Sénat font officiellement bloc derrière la ligne d’autonomie définie par le bureau politique du parti. Mais dans cette campagne éclair, certains expriment leurs divergences. Après les 7 juillet, elles pourraient bien s’accentuer.

Le