Retraites: Jacob (LR) accuse Macron d’avoir “trompé les Français”

Retraites: Jacob (LR) accuse Macron d’avoir “trompé les Français”

Le président des Républicains Christian Jacob accuse Emmanuel Macron d'avoir "trompé les Français" sur la réforme des retraites,...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Le président des Républicains Christian Jacob accuse Emmanuel Macron d'avoir "trompé les Français" sur la réforme des retraites, fustigeant aussi un "mépris sans précédent" du parlement, dans un entretien au Figaro mis en ligne mardi.

"En disant qu'il ne toucherait pas à l'âge légal de départ à la retraite, Emmanuel Macron a trompé les Français, il a affabulé", assure M. Jacob.

"Quand on dit que l'on réforme tout en remettant le budget à plus tard, on ment aux Français", ajoute-il, en déplorant qu'"il n’y aura pas de débat à l'Assemblée nationale sur le financement de ce budget de plus de 300 milliards d'euros".

Selon lui, la conférence de financement prévue entre partenaires sociaux "risque de se transformer en concours Lépine des augmentations de cotisations et des baisses de pensions pour, in fine, passer par ordonnances".

"C'est un mépris complet et sans précédent du parlement, je ne comprends pas que le président de l'Assemblée nationale et les membres de la majorité se laissent ainsi humilier", déplore-t-il.

Le patron des Républicains ironise sur le fait que le chef de l'Etat "s'était aussi engagé à créer un régime universel. Or, chaque jour qui passe, il lâche davantage sur les régimes spéciaux" ce qui fait qu'"il y aura plus de dérogations après la réforme qu'avant".

LR veut reculer l'âge de départ à la retraite à 64 puis 65 ans, avec en contrepartie des mesures sur la pénibilité et les petites pensions.

Dans la même thématique

Paris: Lucie Castets
7min

Politique

« Exigeante », « politique », « âpre négociatrice » : le profil de Lucie Castets par les sénateurs qui l’ont côtoyée

Cette haute fonctionnaire de 37 ans, issue de la société civile et très marquée à gauche, a été choisie par le Nouveau Front populaire comme candidate au poste de Première ministre. Au Sénat, plusieurs élus ont été amenés à travailler avec elle à la mairie de Paris. Ils saluent ses aptitudes, et l’appellent désormais à engager une « bataille de l’opinion » pour pousser Emmanuel Macron à la nommer à Matignon.

Le

Paris Olympics
6min

Politique

Candidature du NFP à Matignon : Emmanuel Macron « botte en touche en disant qu’on va d’abord s’occuper des JO »

Mardi 23 juillet, Emmanuel Macron a donné sa première longue interview télévisée depuis la dissolution et les législatives. L’occasion pour le président de la République de livrer son analyse du scrutin, de temporiser et de refuser net la candidate du Nouveau Front populaire pour Matignon. Analyse de cette prestation avec l’expert en communication Philippe Moreau-Chevrolet.

Le

Emmanuel Macron interview sur France TV
4min

Politique

Emmanuel Macron est-il contraint de nommer Lucie Castets Première ministre ?

Hier, le Nouveau Front populaire s’est accordé sur le nom de Lucie Castets comme candidate au poste de Première ministre. Emmanuel Macron a balayé cette candidature considérant que cela n’était « pas le sujet ». Ce matin, Lucie Castets a demandé au Président de la République « de prendre ses responsabilités et de la nommer Première ministre ». Si constitutionnellement rien ne le contraint à nommer un Premier ministre, la décision du chef de l’Etat réside dans le choix « qui lui semble le plus à même de résister à une motion de censure », selon Bastien François, professeur de sciences politiques à l’université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

Le