Retraites : la grève est « un appel à la raison et à la négociation » pour François Hommeril

Retraites : la grève est « un appel à la raison et à la négociation » pour François Hommeril

Alors que le mouvement social de ce jeudi contre la réforme des retraites va bloquer une grande partie du pays, le président du syndicat CFE-CGC François Hommeril interpelle le gouvernement et l’incite à « réfléchir ».
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

Mis à jour le

Trafic extrêmement perturbé, écoles fermées, 245 rassemblements organisés selon le ministère de l’Intérieur : ce 5 décembre marque d’une pierre rouge l’opposition à la réforme des retraites présentée par le gouvernement. Pour François Hommeril, président du syndicat des cadres (CFE-CGC), « c’est un appel au gouvernement, un appel à la raison et à la négociation.»

Jusqu’ici, les discussions entre partenaires sociaux et membres du gouvernement n’ont pas été « des négociations » pour François Hommeril. « Il n'y a pas eu de négociations il y a eu des concertations. C'est le malentendu depuis 2 ans et demi » déclare-t-il. « Dans une entreprise, on vous propose un texte, chacun l'analyse et chacun revient avec des propositions pour modifier ce texte, pour l'améliorer dans une certaine mesure. [...] Ce n’est absolument pas la méthode du gouvernement» déplore-t-il.

“On a tous bien compris que ce projet de loi, plus rien ne sera négociable dessus”. Dernière solution : une grève qui touche de nombreuses catégories socio-professionnelles, peu habituées à défiler ensemble dans la rue. Pour François Hommeril, cette mobilisation de contestation sociale peut être suffisamment importante pour que le gouvernement revienne sur ses positions.

Après ce 5 décembre, il faut « laisser le temps au gouvernement de réfléchir et de revenir vers nous de façon plus intelligente, plus pragmatique et plus respectueuse des points de vue et des problématiques » déclare-t-il. Mais une seule journée de grève est une mobilisation suffisante pour François Hommeril : « notre appel à rejoindre la manifestation est pour le 5 décembre. Nous ne sommes pas favorables à priori pour que le mouvement continue dans la durée.»

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le