Retraites : « La légitimité démocratique appartient au Parlement », martèle le président du Sénat

Retraites : « La légitimité démocratique appartient au Parlement », martèle le président du Sénat

Gérard Larcher, le président du Sénat, a défendu la réforme des retraites en cours d’examen au Palais du Luxembourg. Sur Public Sénat, il a rappelé pourquoi il fallait que le Sénat adopte la réforme, repoussant les accusations de « dérive démocratique » formulées par l’opposition de gauche. Le sénateur des Yvelines s’est aussi exprimé sur le projet de loi immigration qui arrive au Sénat dans deux semaines. 
Stephane Duguet

Temps de lecture :

4 min

Publié le

Mis à jour le

Droit dans ses bottes, Gérard Larcher, le président du Sénat, persiste et signe sur Public Sénat : « Nous pensons qu’il faut sauvegarder l’un des piliers de notre modèle social, le système de retraite par répartition ». Et cela, quoi qu’il en coûte, quitte à user des articles 38 et 42 du règlement intérieur du Sénat qui permettent de réduire le temps de parole de l’opposition : « Le parlement, c’est fait pour débattre, délibérer et ensuite s’exprimer par un vote pour ou contre. Le rôle du président du sénat, c’est de faire en sorte que le Sénat puisse examiner l’ensemble du texte » prévient Gérard Larcher pour qui « le droit de grève comme le droit d’amendement doivent être défendus et préservés, mais la légitimité démocratique appartient au parlement. »

 

Le résultat est efficace. Dans l’hémicycle du palais du Luxembourg, les débats avancent : après l’adoption de l’article 7 sur le report de l’âge légal de 62 à 64 ans dans la nuit de mercredi à jeudi, les sénateurs arrivent au bout des amendements de l’article 8. Le président Larcher balaie d’un revers de main les critiques des socialistes, communistes et écologistes qui l’accusent de « dérive démocratique » : « L’opposition s’est très largement exprimée. Sur le seul article 7 et le 1er amendement de suppression entre les paroles sur article et les présentations d’amendement, il y a eu 124 interventions. Nous sommes 348 sénateurs, les groupes d’oppositions ensemble 91. Des bâillons comme ça permet de beaucoup s’exprimer », ironise-t-il.

 

Réforme des retraites sauce Sénat

 

A ceux qui estiment que la droite sénatoriale fait alliance avec le gouvernement, Gérard Larcher répond que « ce qui a été voté hier, ce n’est pas la réforme du gouvernement. L’article 7, c’est la réforme que nous proposons au Sénat chaque mois de novembre depuis 4 ans ». L’ancien ministre du Travail vante également les modifications apportées par Les Républicains comme la surcote pour les mères de famille ou le CDI sénior. Pour lui, cette réforme n’est pas « comptable » contrairement à ce que dénoncent les sénateurs de gauche, à l’instar de la présidente du groupe communiste Éliane Assassi.

 

Voter la réforme des retraites relève pour les Républicains de la « cohérence » d’après l’ancien maire de Rambouillet. Sur les députés LR qui hésitent encore à voter pour la réforme des retraites lorsqu’elle reviendra à l’Assemblée nationale, il excuse des parlementaires « dans une situation politique différente », qui ne sont pas membres d’une majorité, tout en précisant que malgré des « différences d’approches, nous travaillons ensemble. »

 

« Je ne partage pas certains choix de la majorité relative et du gouvernement », assure Gérard Larcher

 

Gérard Larcher insiste aussi sur les différences entre la droite sénatoriale et les macronistes : « Je ne partage pas certains choix de la majorité relative et du gouvernement. Si nous ne nous mettons pas à la maîtrise des dépenses publiques […], nous ne résoudrons pas un certain nombre d’équations assez terribles au plan financier ». Il fait ainsi référence à la dette française, à peine inférieure à 3 000 milliards d’euros. Si le président cherche à afficher ses divergences avec le gouvernement sur le texte des retraites, il ne mâche pas ses mots sur ceux à venir. Notamment le projet de loi immigration qui arrive le 28 mars dans l’hémicycle.

 

« La politique migratoire, c’est l’échec du quinquennat d’Emmanuel Macron, assène-t-il. Le texte qui sortira du Sénat sera le texte du Sénat. Nous sommes en première lecture, nous avons donc une responsabilité particulière ». Sans dévoiler les positions de la droite sénatoriale opposée à faire appel à des travailleurs immigrés pour les métiers en tension, Gérard Larcher donne sa vision de la politique migratoire : « Ma conception de valeurs humaines, c’est de dire qu’il faut une politique migratoire qui ne se termine pas pour un certain nombre de femmes et d’hommes au fond de la Manche, c’est insupportable ! »

 

La constitutionnalisation de l’interruption volontaire de grossesse revient également au cœur du débat politique puisqu’Emmanuel Macron propose un projet de loi constitutionnel pour consacrer « la liberté » de mettre fin à sa grossesse. « Simone Veil disait qu’elle n’était pas favorable à ce que les sujets sociétaux soient inscrits sous une forme de catalogue dans la constitution. C’est ma position. Je n’y suis pas favorable », explique le président du Sénat qui rappelle tout de même qu’il respectera les votes du Sénat. En février dernier, les sénateurs avaient adopté la proposition du LR Philippe Bas dont s’est inspiré le président de la République puisqu’elle parlait, elle aussi, de « liberté de mettre fin à sa grossesse ».

 

Dans la même thématique

France Macron
10min

Politique

Européennes : comment l’accord entre l’UDI et Renaissance se « deale » au plus haut niveau

Ce sera officiel lors d’un conseil national de l’UDI, le 23 mars, mais le principe a été acté au plus au niveau. Le parti centriste va faire liste commune avec Renaissance pour les élections européennes. Emmanuel Macron a reçu en début d’année le sénateur Hervé Marseille, patron de l’UDI, pour conclure l’accord. Reste à définir les places sur la liste. Pour l’UDI, le nom de l’ex-sénatrice Valérie Létard est cité…

Le