Retraites : le gouvernement fera des annonces « d’ici la fin de la deuxième semaine de décembre »

Retraites : le gouvernement fera des annonces « d’ici la fin de la deuxième semaine de décembre »

A l’issue du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Olivier Véran n’a pas confirmé la piste d’un recul de l’âge de départ à 65 ans du projet de réforme prévu pour l’année prochaine. Il a néanmoins précisé que des annonces seraient faites « d’ici la fin de la deuxième semaine de décembre ». Il y a quelques jours, le Sénat avait voté un recul de l’âge légal à 64 ans.
Simon Barbarit

Par Public Sénat

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

« Sur la question des retraites. On concerte. On consulte ». Olivier Véran s’est montré prudent mercredi sur la réforme, ô combien sensible, du report de l’âge légal de départ à la retraite, un engagement d’Emmanuel Macron pendant la campagne présidentielle.

Selon les informations d’RTL, le gouvernement se dirigerait vers un recul de l’âge de départ à 65 ans.

« Il y aura des annonces bientôt »

« Il n’y a pas de nouveautés dans ce qui est sorti ce matin […] Il n’y a pas d’annonce à faire, il y aura des annonces bientôt puisque d’ici la fin de la deuxième semaine de décembre il y aura une communication qui sera faite, qui préfigurera le futur projet de loi de réforme des retraites », a déclaré le porte-parole du gouvernement à l’issue du Conseil des ministres.

Depuis la rentrée, le gouvernement a enclenché un cycle de concertations avec les partenaires sociaux pour faire aboutir sa réforme des retraites en 2023. Plusieurs cycles de discussion ont été ouverts dont celui du financement. « Il n’y a ni changement ni confirmation. Nous sommes dans la consultation et la concertation […] La feuille de route donnée par le président est d’allonger l’âge de départ à la retraite en respectant des conditions, pour ceux qui ont commencé tôt, pour ceux qui ont des métiers difficiles, etc. », a précisé Olivier Véran.

Pendant sa campagne, le Président sortant avait promis de reculer l’âge de départ à 65 ans, avant d’évoquer un recul à 64 ans accompagné d’un allongement de la durée de cotisation.

« L’âge de 65 ans a été donné. Ce qui ne veut pas dire que la concertation ne sera pas utile, nécessaire et qu’elle ne peut pas faire changer les choses », a précisé le porte-parole du gouvernement.

Le Sénat a pris les devants

Lors de l’examen du projet de loi de financement pour la Sécurité Sociale, la majorité sénatoriale de droite avait, quant à elle, voulu anticiper les concertations, en intégrant des mesures d’âge automatiques en cas d’absence de compromis avec les partenaires sociaux, dont le report de l’âge légal de départ à 64 ans. Une constante à la Haute assemblée qui, depuis le début du précédent quinquennat, intègre systématiquement à chaque budget de la Sécurité sociale une disposition pour ramener le régime des retraites à l’équilibre. « Nous avons fait le choix de la concertation et d’un projet de loi en janvier, pas d’une mesure dans un projet de loi de financement de la Sécurité sociale », avait fait valoir Jean-Christophe Combe, le ministre des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées, tout en reconnaissant que l’exécutif et la majorité sénatoriale se rejoignaient « sur les objectifs et les thèmes » soulevés.

 

Dans la même thématique

Strasbourg : European Parliament session
6min

Politique

Européennes 2024 : que disent les derniers sondages sur les tendances ?

Jordan Bardella reste toujours loin devant, quand Valérie Hayer peine à contenir la dynamique de Raphaël Glucksmann. Le candidat PS/Place Publique talonne de plus en plus la liste de la majorité présidentielle. Manon Aubry pour LFI progresse un peu, quand François-Xavier Bellamy est plus ou moins stable.

Le