Retraites : « Le gouvernement peut faire le texte en 15 jours et nous le faire voter en janvier », s’agace Roger Karoutchi (LR)

Retraites : « Le gouvernement peut faire le texte en 15 jours et nous le faire voter en janvier », s’agace Roger Karoutchi (LR)

Invité de Parlement Hebdo, Roger Karoutchi (LR) est revenu sur l’éventualité d’une réforme des retraites par voie d’amendement dans le budget de la sécurité sociale. Le vice-président du Sénat estime que « cela fait des années que l’on parle de cette réforme » et que, par conséquent, le gouvernement pourrait déposer un texte sous quinze jours et le faire voter en janvier.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Amendement or not amendement ? C’est la grande question de cette rentrée budgétaire, alors que l’exécutif souffle le chaud et le froid sur une éventuelle réforme par amendement dans le budget de la sécurité sociale, les LR non plus ne savent pas sur quel pied danser. Si le gouvernement proposait effectivement une réforme qui fait partie de l’ADN de la droite française, il serait difficile pour les LR de refuser la main tendue, alors même qu’ils cherchent à imposer leur ligne en plein débat budgétaire. « J’attends de voir le texte », répond ainsi prudemment Roger Karoutchi, vice-président LR du Sénat, à la question de savoir ce qu’il voterait si un tel amendement était déposé lors des débats au Sénat.

« Le cirque actuel est encore du temps perdu »

Sur le fond, le sénateur des Hauts-de-Seine « n’aurait pas d’état d’âme à voter une réforme » qui comprendrait un allongement de la durée de cotisation et un report de l’âge légal à 64 ans. En revanche, sur la méthode, Roger Karoutchi paraît exaspéré des atermoiements du gouvernement : « Jean-Paul Delevoye avait fait 18 mois de consultation, un texte est allé à l’Assemblée, jamais au Sénat. Par conséquent je suis prudent, j’attends de voir. Si le gouvernement veut faire un texte, ce n’est pas compliqué, il dépose un texte et on avance. Pour le moment on nous dit qu’il y aura peut-être un amendement, ce n’est pas sérieux. »

Pour lui, le gouvernement doit « prendre ses responsabilités » et « est là pour trancher » : « Le texte du projet de loi, cela fait 5 ans que le gouvernement travaille dessus, il peut faire le texte du projet de loi en 15 jours, le déposer au Conseil d’Etat et nous le faire voter au mois de janvier. Il faut qu’on arrête ces bisbilles. Le cirque actuel est encore du temps perdu, cela fait des années que l’on parle de cette réforme, elle est simple à faire, qu’on nous fasse un texte qu’on le dépose, qu’on en débatte et qu’on le vote. » Ainsi, Roger Karoutchi « veut un texte de loi », pour pouvoir mesurer « tout l’impact de la réforme », ainsi que « plusieurs articles, pour pouvoir prévoir les carrières longues, les cas particuliers ou spécifiques. » « Tout ça est déjà étudié, mais il faut un texte, ou alors c’est un amendement de 40 pages… » conclut le sénateur LR.

Dans la même thématique

PARIS: MEDEF, Audition des principales tetes de liste aux prochaines elections europeennes
10min

Politique

Européennes 2024 : les « planètes » sont-elles alignées pour permettre à Raphaël Glucksmann de « doubler » Valérie Hayer ?

Alors que les sondages montrent de plus en plus la liste PS/Place Publique de Raphaël Glucksmann au coude-à-coude avec celle de la majorité présidentielle de Valérie Hayer, la question d’un croisement des courbes n’a jamais semblé aussi brûlante. Si l’optimisme reste de mise dans le camp Macron, « on peut se réveiller le 9 juin avec une énorme surprise », alertent certains. Du côté du PS, « on fait tout pour » reléguer les macronistes à la troisième place.

Le

New Caledonia: Emmanuel Macron visit
6min

Politique

Nouvelle-Calédonie : « Parler aujourd’hui de l’organisation d’un nouveau référendum est totalement prématuré », selon Georges Naturel, sénateur de Nouvelle-Calédonie

Alors que le Président de la République a atterri, il y a seulement quelques heures sur le sol calédonien, Public Sénat a pu contacter Georges Naturel, sénateur LR de Nouvelle Calédonie, se trouvant sur place. S’il regrette que cette visite intervienne « si tard », il salue la « bonne » intention pour restaurer un climat d’apaisement sur le « caillou ». Entretien.

Le