Retraites: les avocats de Seine-Saint-Denis font un haka, “la danse des guerriers”

Retraites: les avocats de Seine-Saint-Denis font un haka, “la danse des guerriers”

"Belloubet, ta réforme, non, non ! Avocats au combat aaaah ah!" : avec la même rage que les All Blacks, une cinquantaine d...
Public Sénat

Temps de lecture :

2 min

Publié le

"Belloubet, ta réforme, non, non ! Avocats au combat aaaah ah!" : avec la même rage que les All Blacks, une cinquantaine d'avocats ont fait un haka mercredi sur le parvis du tribunal de Bobigny pour dire leur colère face à la réforme des retraites.

En appui sur leurs genoux, chauffés à blanc par un homme au mégaphone, ces avocats de Seine-Saint-Denis --deux traits tracés au noir sur leurs joues, écharpe rouge sur leur robe-- ont repris la célèbre danse rituelle des guerriers maoris pratiquée par l'équipe de rugby de Nouvelle-Zélande, frappant leurs genoux, leur torse, leurs coudes.

"On lâche pas, on lâche pas, non !", ont-ils lancé devant la presse pour cette nouvelle action, une parmi d'autres organisées ces derniers jours par les avocats, en grève depuis trois semaines contre la réforme des retraites.

"Les avocats sont toujours mobilisés, le haka c'est une danse de guerrier, c'est symbolique, c'est pour montrer qu'on va combattre jusqu'au retrait du projet", a déclaré à l'AFP Meriem Ghenim, avocate affiliée au SAF, le syndicats des avocats de France.

"En Seine-Saint-Denis, 70% de la population est éligible à l'aide juridictionnelle. Or l'Etat ne va jamais augmenter le montant de l'aide juridictionnelle, comme il le fait avec les enseignants en augmentant leurs salaires. Il n'y aura pas pour les avocats de mesure compensatoire", a expliqué Me Yves Tamet, ancien bâtonnier de Seine-Saint-Denis.

Cette réforme repose sur "le principe qu'un avocat qui vient de commencer gagnerait 42.000 euros par an, ce qui n'existe pas. A cet âge-là, le revenu médian d'un avocat est de 25.000 euros", a-t-il ajouté.

"Les avocats de Seine-Saint-Denis sont aux premières loges des catégories sociales les plus pauvres et les plus populaires (...) tous ces avocats vont devoir fermer leurs cabinets si la réforme des retraites passe", a surenchéri Raquel Garrido, avocate et cheffe de file de La France insoumise aux municipales de Bagnolet.

La semaine dernière, une centaine d'avocats du barreau de Seine-Saint-Denis avaient installé tentes, matelas et duvets dans les salles des pas perdus du tribunal de Bobigny pour protester contre la réforme.

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retraites: les avocats de Seine-Saint-Denis font un haka, “la danse des guerriers”
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le