Retraites : les contours de la réforme du gouvernement se précisent

Retraites : les contours de la réforme du gouvernement se précisent

Alors que la réforme des retraites de l’exécutif sera présentée par Élisabeth Borne le 10 janvier prochain, les contours de cette réforme se dessinent. Fin de la concertation avec les syndicats, âge légal de départ à 64 ans, un budget rectificatif de la Sécu et un autre texte pour les régimes spéciaux et l’emploi des séniors… Bilan de ce que l’on sait pour le moment.
Louis Mollier-Sabet

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

  • Une présentation définitive le 10 janvier

La présentation du projet de réforme des retraites du gouvernement a déjà été décalée de presque un mois. Prévue le 15 décembre, elle aura normalement lieu le 10 janvier.

  • La concertation avec les syndicats s’est terminée ce mercredi 4 janvier

Élisabeth Borne annoncera alors les contours définitifs de cette réforme qui s’annonce explosive, alors que Philippe Martinez (CGT) a clos le bal des concertations syndicales menées par la Première ministre ce mercredi soir, après avoir reçu Laurent Berger (CFDT), François Hommeril (CFE-CGC) et Cyril Chabanier (CFTC).

  • Vers un report de l’âge légal à 64 ans ?

Alors que, fait inédit depuis 2010, l’ensemble de ces syndicats se préparent à la bataille contre le report de l’âge légal, Olivier Dussopt, le ministre du travail, semble pour le moment pencher pour 64 ans dans une interview au Parisien.

  • Un projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale (PLFRSS), et un autre texte sur le travail

De même, sur le véhicule législatif qui sera utilisé, le ministre estime qu’il y a « une probabilité forte que cela passe par un projet de loi de financement rectificative de la sécurité sociale [PLRSS]. »

Ce budget rectificatif de la sécurité sociale, rarement utilisé, permettrait au gouvernement d’utiliser, le cas échéant, un 49-3 sans entamer son quota d’un recours par session parlementaire. Sur les textes financiers (budget, budget de la Sécu et budgets rectificatifs), le gouvernement peut en effet recourir à des 49-3 illimités.

  • Retraite minimale à 1200 euros, pénibilité et carrières longues, mais pas de mesure sur les régimes spéciaux ou l’emploi des séniors

Du côté de la majorité présidentielle, on assure qu’en plus de l’âge légal de départ ou de la durée de cotisation, les mesures sur la pénibilité et les carrières longues pourraient aussi être abordées par un texte budgétaire, parce qu’elles nécessitent des financements. De même la promesse d’une retraite minimale de 1200 euros (85 % du SMIC) pour une carrière complète évoquée du côté de l’exécutif pourrait figurer dans ce budget rectificatif de la Sécurité sociale.

En revanche, un autre texte de loi sur le travail sera nécessaire pour légiférer sur les régimes spéciaux et l’index sénior, annoncé par Olivier Dussopt hier. Le but serait d’après le ministre du Travail d’obliger les entreprises à publier la proportion de séniors dans leurs effectifs et son évolution, sur le modèle de ce qui se fait sur l’égalité salariale entre les femmes et les hommes.

Dans la même thématique

Retraites : les contours de la réforme du gouvernement se précisent
5min

Politique

Retraites : « Nous pourrons redéposer un référendum d'initiative partagée, nous le ferons », annonce Patrick Kanner

En marge des questions au Gouvernement, le président du groupe socialiste au Sénat Patrick Kanner a réagi à la volonté de la présidente de l’Assemblée nationale de déclarer irrecevable le débat sur l’abrogation de la retraite à 64 ans. Le sénateur annonce vouloir déposer un Référendum d’Initiative Partagée d’ici moins d’un an.

Le

Retraites : les contours de la réforme du gouvernement se précisent
5min

Politique

Abrogation de la retraite à 64 ans : « Yaël Braun-Pivet se plie au président », tacle Olivier Faure

Invité ce mercredi 7 juin de la matinale de Public Sénat, Olivier Faure, le premier secrétaire du PS, annonce qu’il ne participera plus aux travaux parlementaires initiés par la présidente de l’Assemblée nationale, notamment sur la réforme des institutions, si celle-ci prononce, comme annoncée, l’irrecevabilité des amendements d’abrogation de la retraite à 64 ans.

Le