Retraites : « Nous traduisons la confrontation en termes parlementaires », assume Laurence Rossignol

Retraites : « Nous traduisons la confrontation en termes parlementaires », assume Laurence Rossignol

Après l’examen des amendements de gauche proposant un mode alternatif de financement de la réforme, Laurence Rossignol, sénatrice socialiste, s’est défendue de toute forme d’obstruction.
Henri Clavier

Temps de lecture :

3 min

Publié le

Mis à jour le

Alors que les sénateurs de droite et du centre s’abstiennent assez largement d’intervenir, la tension monte et la gauche est accusée d’obstruction. Au micro de Public Sénat, Laurence Rossignol a détaillé la stratégie de la gauche sénatoriale.

« Si les femmes étaient payées comme les hommes il n’y aurait aucun sujet sur les ressources de l’assurance vieillesse. »

En se défendant de mettre en œuvre une stratégie d’obstruction, Laurence Rossignol s’est étonnée de ces accusations, « nous travaillons sur une réforme, nous faisons valoir nos alternatives, nos propositions ». « Toute la réforme repose sur l’idée qu’il y a un déséquilibre démographique », s’étonne Laurence Rossignol. Pourtant, « si les femmes étaient payées comme les hommes il n’y aurait aucun sujet sur les ressources de l’assurance vieillesse », affirme la sénatrice socialiste avant d’ajouter que, « les gains de productivité qui ont marqué les dernières décennies peuvent compenser le fait qu’il y a moins d’actifs ».

« Notre temps de parole doit être proportionnel au mouvement que nous représentons », répond Laurence Rossignol à la droite qui s’agace des dépôts d’amendements par les groupes de gauche.

« Ce que je peux dire c’est que l’article 7 sera débattu au Sénat »

En reprenant l’idée d’une obstruction silencieuse, émise par le sénateur communiste Fabien Gay, Laurence Rossignol affirme vouloir aller jusqu’à l’article 7, « le rythme d’examen au Parlement est assez aléatoire et n’est pas toujours prévisible. Ce que je peux dire c’est que l’article 7 sera débattu au Sénat. » Une volonté formulée par les représentants syndicaux que la gauche sénatoriale entend respecter. « Nous sommes les relais, les porte-parole du mouvement social. Nous traduisons la confrontation en termes parlementaires », a déclaré la sénatrice socialiste, insistant sur la complémentarité entre les partis politiques et les syndicats.

« Dans la réforme Touraine il y avait aussi le dispositif carrière longue et les critères de pénibilité »

Cependant, la droite digère mal les arguments brandis par le groupe socialiste qui, comme rappelé par le rapporteur René-Paul Savary (LR), avait largement voté la réforme Touraine portant à 43 le nombre d’annuités nécessaire pour bénéficier d’une pension complète. « Le rapport du Comité d’orientation des retraites, en 2014, donnait des perspectives et des prévisions de déséquilibre des finances de la retraite qui sont bien différentes d’aujourd’hui », s’est défendue Laurence Rossignol, ministre durant le quinquennat de François Hollande.

Surtout, la sénatrice socialiste a tenu à rappeler que « dans la réforme Touraine, il y avait aussi le dispositif carrière longue et les critères de pénibilité que le gouvernement Macron s’est empressé d’amputer dès 2017 ».

Dans la même thématique

Le President de la republique visite le salon international de l’agriculture
5min

Politique

Salon de l’agriculture : le grand débat, « un échec historique pour la communication de l’Élysée »

Face au tollé provoqué par l’invitation des Soulèvements de la Terre à un grand débat avec les acteurs du monde agricole, l’exécutif rétropédale et plaide une « erreur ». La FNSEA, rejointe par d’autres organisations conviées, refuse une telle rencontre. À la veille de l’ouverture du Salon de l’agriculture, le « coup politique » tenté par Emmanuel Macron semble avoir du plomb de l’aile.

Le

Paris: Macron visiting the 59th edition of the International Agriculture Fair
9min

Politique

Le Salon de l’agriculture, du « Casse-toi, pauv' con » à l’œuf jeté sur Macron, une terre fertile en prises de bec

Temps fort de la vie politique, le Salon international de l’agriculture est aussi un terrain favorable aux accrochages, avec des élus et responsables politiques à portée d’engueulade. Le tout sous l’objectif des caméras. Dans un contexte de remobilisation du monde agricole, la 60e édition du « SIA » s’annonce sous haute tension. Retour sur les incidents et autres bousculades qui ont marqué ses allés ces dernières années.

Le

Retraites : « Nous traduisons la confrontation en termes parlementaires », assume Laurence Rossignol
4min

Politique

Salon de l’agriculture : « Il y a un niveau de tension supérieur à celui qu’il y avait au moment des blocages », prévient Arnaud Rousseau

Invité de l’émission Extra Local, le patron de la FNSEA confirme qu’il ne participera pas au grand débat souhaité par l’Élysée en ouverture du Salon de l’agriculture. Point de blocage : l’invitation des Soulèvements de la Terre à la table des discussions. Pour Arnaud Rousseau, « ce n’est pas la manière de sortir de cette crise de manière constructive ».

Le